« Je souhaite débattre avec Emmanuel Macron » : Marine Le Pen prête pour le match retour ?

La candidate d’extrême droite n’a qu’une idée en tête, revenir en puissance au second tour de l’élection présidentielle face à son rival de 2017. Une ambition que Marine Le Pen explique clairement dans les colonnes du Parisien.

Nous sommes en mai 2017. Marine Le Pen, alors candidate du Front national, défend ses idées sur TF1 et France 2 face à Emmanuel Macron. Quelques jours plus tard, son adversaire dans la course à l’Elysée revêtait l’écharpe tricolore à son plus grand regret. Alors, quatre ans plus tard, à sept mois de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a le goût de la revanche. Avec 18% des intentions de vote au premier tour de l’élection (selon le baromètre Harris Interactive pour Challenges datant du 21 septembre dernier), la fille de Jean-Marie Le Pen s’imagine déjà au second tour : “Moi ce que je souhaite, c’est débattre avec Emmanuel Macron”, a-t-elle lancé ce jeudi 23 septembre au Parisien.

Les autres candidats de 2022, annoncés ou attendus – tel que le polémiste Eric Zemmour – ne semblent pas la faire sourciller. Dans sa campagne présidentielle, son objectif premier est de refaire le match Macron-Le Pen, à la seule différence que cette fois-ci, l’ancienne présidente du Rassemblement national compte bien en ressortir vainqueur. En attendant, changement de stratégie. Pour accomplir sa volonté, Marine Le Pen refuse la presse nationale lors de ses déplacements, préférant pouvoir étaler son programme dans la presse régionale. Elle a d’ailleurs confié au Parisien que le point culminant de sa stratégie avait évolué : “Chacun a son calendrier, le mien, c’est d’aller à la rencontre des Français”, a déclaré la conseillère départementale du Pas-de-Calais.

Eric Zemmour, méfiance sans peur

Dans les colonnes du quotidien, elle réitère son poste de combat de pré-campagne : “Je vais sillonner la France, je vais au milieu des Français, c’est ça mon agenda”. Entourée de leurs électeurs, Marine Le Pen et son entourage politique sont fiers de retourner sur le terrain “pendant que d’autres ne font campagne que sur les plateaux de télévision” a rappelé l’un de ses proches, le maire de Hayange, Fabien Engelmann, au Figaro. Une allusion à peine dissimulée à Eric Zemmour, qui ne s’est pas encore officiellement annoncé pour 2022. Face à son supposé rival d’extrême droite, Marine Le Pen est méfiante et préfère l’attaquer. “En faisant une campagne trumpienne, de buzz, de provocation, il rajoute du chaos au chaos”, avait-elle déclaré au Parisien quelques jours plus tôt. Une méfiance, mais aucune peur face à l’essayiste, affirmait-elle. L’ancien présentateur de Face à l’info aurait, selon ses dires, “0% [de chance] d’être élu”.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Mao / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet