Jeff Koons : "Mon extravagance, c’est ma famille, en constante expansion, je suis le père de 8 enfants"

Le plasticien revisite la Série 8 Gran Coupé de BMW, qu’il dévoilera à Los Angeles en février. Il se prête au jeu de l’interview confidentielle.

Madame Figaro. – Quel est le message de votre collaboration ?
Jeff Koons. – La voiture est une métaphore d’un rêve humain qui est le mouvement, l’énergie. Je suis un artiste conceptuel et je travaille sur le rapport entre l’intérieur et l’extérieur, sur l’interaction entre les entités. La voiture Série 8 Gran est unique pour son design et pour l’intimité qu’on ressent dans son habitacle.

Le principal trait de votre caractère ?
La constance.

Celui dont vous êtes le moins fier ?
Il m’arrive de perdre confiance dans l’humanité.

Celui que vous détestez chez les autres ?
Je suis triste quand les gens ne développent pas leur potentiel.

Votre plus grande extravagance ?
Ma famille, parce qu’elle est en constante expansion. Je suis le père de huit enfants et j’adore autant le monde des idées et de l’abstraction que mon noyau familial, qui est concret.

Une musique dans votre vie ?
Toutes celles de l’album Transformer, de Lou Reed. Et Happier Than Ever, de Billie Eilish, dont j’adore les changements radicaux. Dans le climat actuel de censure intellectuelle, son authenticité est un acte révolutionnaire !

Votre luxe ?
Avoir du temps pour contempler, pour créer, pour vivre. Je passe mon temps à comprendre le temps.

Une mode qui vous agace ?
Les animations plates des années 1970-1980. J’adorais la qualité des images de Disney, son pouvoir d’illusion. Heureusement, avec Pixar la dimension rêve est réapparue.

Le livre qui vous accompagne ?
La Vie de Picasso, de John Richardson. Ce livre a attiré mon attention sur une série de gravures que Picasso a réalisées en 1968, à 87 ans. C’est un testament magnifique consacré aux déclinaisons du désir : l’espoir, la bêtise, la cupidité…

À écouter : le podcast de la rédaction

Une rencontre qui vous a marqué ?
Dalí, qui m’a appris à 18 ans qu’on ne peut pas créer des œuvres destinées au public sans être passé avant par l’acceptation de soi. Le mouvement dada et le surréalisme sont fondés sur ce voyage intérieur.

Le casting d’un dîner idéal ?
Picasso, Titien, Duchamp… à qui je pourrais parler de mes peurs, de mes doutes, et trouver des réponses. Mais aussi des musiciens comme Patti Smith et Michael Jackson, parce qu’ils sont intrépides.

Votre madeleine de Proust ?
Ma ferme en Pennsylvanie, où je passe le week-end avec ma famille. Elle appartenait à mon grand-père. Elle avait été vendue et je l’ai rachetée il y a dix-sept ans. J’élève des poules et des chevaux ; je cultive le cacao, le maïs… c’est une façon de montrer à mes enfants un autre mode de vie.

La Série 8 Gran Coupé sera mise en vente dans une édition collector très limitée, après sa première mondiale à la Foire d’art contemporain Frieze de Los Angeles, du 17 au 20 février.

Source: Lire L’Article Complet