Jonathann Daval, "une vraie poupée" d'après les parents de sa femme Alexia

Dans leur livre Alexia, notre fille, publié le 28 octobre 2021 aux éditions Robert Laffont, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot lèvent le voile sur le côté « midinette » de leur beau-fils Jonathann.

  • Jonathann Daval
  • Isabelle Fouillot
  • Jean-Pierre Fouillot

Jonathann Daval aimait passer du temps dans la salle de bains. Au grand dam de ses beaux-parents, qui l’ont hébergé avec sa femme Alexia. Dans leur livre, Alexia, notre fille, publié aux éditions Robert Laffont le 28 octobre 2021, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot racontent le moment où ils ont découvert le côté « midinette » de leur gendre. Enfermé dans la salle de bains pendant une heure un matin, il a provoqué leur inquiétude. L’eau de la douche ne coulait pas, et il ne répondait pas aux demandes de sa belle-mère, impatiente. « Tu sais, il peut mettre du temps…« , l’a rassurée la jeune femme, consciente de ce trait de personnalité de son compagnon. Après une heure, il est sorti en catimini, « sans un mot d’excuse ou d’explication« . « Que faisait-il donc dans cette salle de bains ? Aujourd’hui encore, nous n’avons toujours pas la réponse. Jonathann ne nous l’a jamais expliqué, et Alexia le justifiait de son côté par l’exigence de son compagnon, sa volonté de prendre soin de lui« , peut-on lire dans l’ouvrage.

« Tu es une vraie midinette !« 

S’ils ne savent toujours pas ce qu’il faisait précisément ce matin-là, les parents d’Alexia Daval ont découvert le côté coquet du jeune homme. « Dis donc, Jonathann, tu es une vraie midinette ! Il faudra quand même que tu essayes d’aller un peu plus vite la prochaine fois« , lui a d’ailleurs fait remarquer Isabelle Fouillot. « Il était toujours parfaitement apprêté, une vraie poupée !, écrivent-ils. Je ne l’ai jamais vu décoiffé, par exemple. Que ce soit le dimanche, en vacances ou le matin de très bonne heure, il avait toujours les cheveux parfaitement mis et lourdement plaqués par du gel, jamais un seul ne dépassait. » Jonathann Daval, condamné en novembre 2020 à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa femme Alexia, « possédait un nombre de produits impressionnant, une vraie pharmacie : des crèmes, des pommades, du gel pour les cheveux…« , apprend-on.

Source: Lire L’Article Complet