Kim Jong-un : sa grosse prise de risque contre le Covid-19

Pour endiguer la pandémie de la Covid-19, Kim Kong-un et sa famille se sont injectés un vaccin expérimental contre le virus, fourni par la Chine au cours du mois de novembre.

En Chine, des vaccins se trouvent encore en phase de test. Ils n’ont donc pas encore été homologués. Comme le rapportent nos confrères de franceinfo, ils sont tout de même injectés aux personnes jugées essentielles comme les diplomates. Parmi eux se trouve Kim Jong-un. Le dirigeant nord-coréen a reçu un vaccin expérimental de la part du gouvernement chinois, apprend-t-on dans un article mis en ligne sur la plateforme 19FortyFive.

Harry Kazianis, un expert de la Corée du Nord au centre de réflexion du Center for the National Interest, à Washington, a assuré que Kim Kong-un n’était pas le seul à en avoir bénéficié. “Kim Jong-un et plusieurs autres hauts fonctionnaires de la famille Kim et du réseau de dirigeants ont été vaccinés contre le coronavirus au cours des deux à trois dernières semaines grâce à un candidat vaccin fourni par le gouvernement chinois”, a-t-il annoncé ce lundi 30 novembre. Problème, l’intéressé n’a pas pu dévoiler davantage d’informations. Pour l’heure, il ne peut indiquer quel laboratoire l’avait fourni. Et quelle était la fiabilité de ce vaccin. Cependant, d’autres experts doutent que Kim Jong-un aurait pris un tel risque, selon les informations du Mirror. “Même si un vaccin chinois avait déjà été approuvé, aucun médicament n’est parfait et il ne prendrait pas ce risque alors qu’il dispose de nombreux abris qui peuvent assurer un isolement presque complet“, a avancé Choi Jung-hun, un expert en maladies infectieuses.

Aucun cas en Corée du Nord

En octobre dernier, Kim Jong-un affirmait qu’il n’y avait aucun cas de contamination à la Covid-19 dans son pays. Dans un discours retransmis par la télévision d’État, relaté par Le Point, le dirigeant de la Corée du Nord souhaitait “une bonne santé à toutes les personnes à travers le monde qui combattent les maux”. Pour ne pas laisser le virus envahir la population, des militaires avaient abattu un ressortissant sud-coréen, qui se trouvait dans les eaux du Nord, dans le doute qu’il soit porteur du coronavirus. Kim Jong-un avait, alors, présenté ses excuses pour cette décision radicale.

Article réalisé avec l’agence 6 Médias

Crédits photos : ITAR TASS / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet