La princesse Beatrice se livre comme jamais sur la dyslexie

Elle-même atteinte de dyslexie depuis l’enfance, la princesse Beatrice a décidé de s’engager pour les enfants souffrant de ce trouble. Dans une vidéo mise en ligne par l’association Made By Dyslexia, dont elle est la marraine, elle a narré un livre jeunesse visant à aider les dyslexiques à développer une meilleure image d’eux-mêmes.

A propos de


  1. Béatrice d’York

Si elle a grandi au sein de la famille royale britannique, la vie de la princesse Beatrice n’a pas toujours été rose. À l’âge de sept ans, la soeur d’Eugenie d’York a été diagnostiquée dyslexique. En raison de ce trouble, qui a très vite été perçu comme une différence de la part des autres, elle a été victime d’humiliations dès son plus jeune âge. Comme l’a rapporté Tatler le 1er avril, la petite-fille de la reine Elizabeth II a décidé de s’engager auprès des enfants dyslexiques, en leur narrant un livre jeunesse sur ce handicap dont on parle encore trop peu. Dans une vidéo mise en ligne par l’association Made by Dyslexia, dont elle est marraine, elle a donc mis en lumière un ouvrage écrit par Kate Griggs (fondatrice de l’association, ndlr) , intitulé Xtraordinary, mettant à l’honneur les personnes dyslexiques.

À cette occasion, l’épouse d’Edoardo Mapelli Mozzi s’est confiée comme rarement sur le trouble dont elle souffrait : “Ce n’est un secret pour personne, j’ai lutté contre ma dyslexie quand j’étais enfant et j’ai même souvent souhaité qu’elle disparaisse“, a-t-elle déclaré. Au départ complexée, Beatrice d’York a décidé de faire de ce handicap une force : “Je vois désormais cela comme un cadeau formidable, et je veux que chaque enfant dyslexique sache qu’il peut aussi puiser dans cette force.” Dans une autre vidéo parue à l’occasion de la promotion de ce livre jeunesse, la fille de Sarah Ferguson s’est dit reconnaissante “de travailler avec des organisations dont la mission est d’aider des dyslexiques à trouver leur superpouvoir.”

La princesse Beatrice humiliée à cause de sa différence

La jeune femme s’était déjà exprimée à ce sujet en mai 2020. Dans une vidéo de l’association Made By Dyslexia diffusée sur YouTube, celle qui a récemment fait son retour sur Twitter avait fait de bouleversantes confidences au sujet des humiliations qu’elle avait subies durant son enfance. A l’école, elle pensait toujours ne “pas être assez intelligente ou assez bonne” et expliquait que ce trouble gênant affectait “tous les jours” de sa vie. “Pourquoi ne suis-je pas comme les autres ?”, s’est longtemps demandée la princesse Beatrice.

Aujourd’hui, à travers son engagement, elle a voulu normaliser la dyslexie. “J’aimerais pouvoir dire à la petite fille que j’étais à cette époque qu’elle ne serait pas jugée ou définie sur cette histoire de couverture, ou sur un quelconque examen. Ce sont les apprentissages tout au long de votre vie qui font ce que vous êtes. Et ce sont des leçons que vous emportez avec vous, et qui vous permettent de vous forger“, déclarait-elle en 2020. Un témoignage fort et utile pour tous ceux qui n’auraient pas encore confiance en leurs capacités.

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet