Le dernier combat d’Axel Kahn : « la maîtrise de la douleur chez les autres et chez moi »

Dans un billet publié sur son blog, Axel Kahn, atteint d’un cancer, a utilisé des mots forts pour parler de la douleur qu’il ressent. Se comparant à un “loup souffrant et amoindri”, le médecin a annoncé que c’était son dernier post.

Axel Kahn ne le cache pas, il est atteint d’un cancer et se sait condamné. Depuis plusieurs semaines, le médecin fait le tour des plateaux télévisés, livre ses dernières impressions, fait en sorte de protéger sa famille, et surtout, joue la transparence. Sur son blog, celui qui a dû stopper ses activités, a écrit une chronique autour du thème de la douleur. Se comparant à un “loup souffrant et amoindri, Axel Kahn s’excuse du changement de ses priorités, deux ans après avoir été élu au poste de Président national de La Ligue contre le cancer.

Le médecin qui sera dans La Grande Librairie ce mercredi soir explique que sa priorité est aujourd’hui “la maîtrise de la douleur chez les autres et chez (lui). C’est avec philosophie qu’il aborde sa fin de vie, faisait le nécessaire pour préparer les siens à la vie sans lui. “La douleur est en effet la perte de toute assurance, de toute sérénité, de presque tout espoir en la possibilité d’un moment heureux,” note-t-il. Et de poursuivre, comme un cri : “Sus à la douleur, elle est pour l’essentiel maîtrisable par des moyens pharmacologiques, psychique, mystique …. Cependant, difficile sans la morphine et l’opium.”

Axel Kahn, un homme qui “divague

Après la souffrance, vient la phase de l’acception. Accepter la mort, et le chemin qui nous y emmène. Axel Kahn assure qu’il “divague“. “Pour Axel le loup, il n’est pas de vraie sagesse soumise à la tyrannie de la douleur. On en peut déceler parfois dans la divagation engendrée par les moyens de l’atténuer,” confie-t-il, semblant expliquer que la divagation lui permet de mieux gérer la douleur. Le frère de Jean-François Kahn a aussi pris soin de révéler que c’était sa dernière chronique. “Désolé, je n’ai rien d’autre à vous offrir qu’une semblable incertitude qui m’a bien entendu imposé, pour la raison que je craignais, de mettre un terme à ma “Chronique apaisée de la fin d’une itinéraire de vie“, annonce-t-il. Le loup veut désormais rester dans son coin.

Crédits photos : Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet