Le procès d’Alexandre Benalla s’ouvre… Et l’ex-garde du corps des Macron compte bien tout nier

Au cœur d’une affaire majeure du quinquennat Macron, l’ancien membre du cabinet du chef de l’État, chargé notamment de la sécurité va comparaître devant le tribunal lundi 13 septembre pour les faits de violences du er mai 2018 qui lui sont reprochés.

En pleine Coupe du monde de football en juillet 2018, les Français découvrent le visage d’un certain Alexandre Benalla. Discret et pourtant proche du nouveau président de la République, Celui que l’on désigne bien souvent comme “l’homme à tout faire du président”, a notamment participé à la campagne comme garde du corps d’Emmanuel Macron. Pourtant, Benalla s’apprêtait à sortir de l’ombre en mai 2018 en assistant de près aux opérations de maintien de l’ordre du 1er-Mai à Paris. Alors qu’un groupe de forces de l’ordre se trouve visé par des projectiles, Le Monde identifie grâce à une vidéo le proche du président en train de molester des manifestants. Bien que présumé innocent, Alexandre Benalla devra s’expliquer devant la justice lundi 13 septembre. Un procès très attendu, bien que nos confrères du Journal du Dimanche estiment qu’il devrait “nier toute accusation de violence”.

Alexandre Benalla devra donc se présenter devant la justice avec Vincent Crase, jugé pour les mêmes faits, du lundi 13 septembre jusqu’au 1er octobre au tribunal correctionnel de Paris. Afin de consolider sa défense, il va selon le JDD présenter des déclarations des trois ministres de l’Intérieur du mandat d’Emmanuel Macron, Gérard Collomb, Christophe Castaner et Gérald Darmanin, incitant les citoyens à venir en aide aux policiers pris pour cibles. D’après l’hebdomadaire, il va faire valoir le fait qu’il n’a à aucun moment fait preuve de brutalité excessive à la Contrescarpe ou au Jardin des Plantes.

À l’ombre de la vie politique

Alors qu’en 2018, en pleine polémique autour de l’affaire Alexandre Benalla, la première dame de France, Brigitte Macron, avait demandé à plusieurs ministres dene pas lâcher le jeune garde du corps”, aujourd’hui l’ancien membre du cabinet du chef de l’État semble totalement s’être détaché du gouvernement Macron et de la politique en générale. Ce dernier aurait d’ailleurs drastiquement changé de vie en montant sa propre société de sécurité à Marrakech.

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet