« Macron 2018 » : l’étrange mot de passe qui circulait à Sciences Po

Après l’affaire Duhamel qui a entaché Sciences Po, une enquête fait ressortir aujourd’hui un nouveau malaise qui en dirait long sur la couleur politique de l’IEP.

A propos de


  1. Emmanuel Macron


  2. Olivier Duhamel

Symbole du prestige français, Sciences Po a connu des jours meilleurs. Il y a d’abord eu la démission de son directeur Frédéric Mion, en février dernier. Celle-ci faisait suite à des révélations, signées le Canard Enchaîné et Marianne, sur sa connaissance des accusations d’inceste portées contre le politologue Olivier Duhamel. Puis le hashtag #sciencesporcs, avec de nombreux témoignages de violences sexistes et sexuelles au sein de certains IEP. Nos confrères de L’Express ont mené une enquête sur la face sombre de Sciences Po, dans laquelle ressort un nouveau malaise, qui en dirait long sur la couleur politique de l’institution.

L’histoire remonterait au 27 septembre 2018. Ce jour là, Nicolas Metzger, alors président du Conseil de l’IEP (de 2016 à 2019, NDLR) évoque autour de la table du conseil, les failles repérées dans la sécurité numérique de l’institution. Avec notamment une adresse mail gérée par la direction de la formation de l’école qui a spécialement attiré son attention. “Jusqu’à très récemment, on pouvait trouver en clair sur les Google Groups le mot de passe de l’adresse [email protected], explique-t-il. Un mot de passe des plus étranges puisqu’il s’agit de : “Macron_2018”. “Ce qui en dit long sur la coloration politique des gens qui gèrent cette boîte mail”, ajoute-t-il. Jusqu’ici aucun représentant de l’école n’a réagi.

Subvention de l’État

L’Express précise que s’il est difficile d’allouer une couleur politique claire à l’établissement, en raison de la diversité de ses dirigeants, Sciences Po gagne néanmoins à entretenir des bons rapports avec la majorité en place. Rappelons que la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) ne peut se passer de la subvention octroyée par l’État, qui avoisinerait, selon des chiffres datant de 2014, les 65 millions d’euros.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet