Maïté en deuil : son mari “Pierrot” est décédé à 84 ans

Le deuil, de nouveau. Deux semaines après le décès de son ancienne acolyte dans l’émission La cuisine des mousquetaires, Maïté a perdu son mari “Pierrot”, mort ce mercredi 9 septembre.

La vie ne lui aura pas laissé de répit. Ce mercredi 9 septembre, Maïté a dû dire adieu à son mari Jean-Pierre Ordonez, décédé à l’âge de 84 ans rapportent nos confrères de Sud-Ouest. “Pierrot”, comme tout le monde le surnommait, est mort à Rion-des-Landes, commune des Landes dont le couple est originaire et où il résidait. Les funérailles de celui qui partageait la vie de la célèbre cuisinière depuis plus de soixante ans – ils se sont mariés en 1958 – auront lieu dans l’église de cette même commune, ce vendredi 11 septembre dans l’après-midi. Les causes de sa disparition ne sont pour l’instant pas connues.

C’est un nouveau drame qui frappe Maïté, Marie-Thérèse Ordonez de son vrai nom, quelques deux semaines seulement après le décès d’un autre de ses proches. Le mercredi 26 août, on apprenait en effet la mort de Michèle Banzet-Lawton le week-end précédent. Agée de 97 ans, cette dernière fut l’acolyte de Maïté de 1983 à 1999 dans l’émission culte de France 3, La cuisine des Mousquetaires.

Une succession de deuils

Tout au long de sa vie, Maïté a trop souvent connu le deuil. En 2013, la célèbre cuisinière a perdu son fils unique Serge, décédé d’un cancer à l’âge de 52 ans. Une drame qui l’a marquée profondément. Celle qui avec le regretté Jean-Pierre Coffe a mis la cuisine au menu du petit écran, bien avant le très populaire Cyril Lignac, a alors choisi de se reconstruire en famille et de se consacrer à ses deux petites-filles Perrine et Camille, aujourd’hui âgées de 20 et 19 ans. Cette décision lui a fait quelque peu délaisser son restaurant de Rion-des-Landes, qui en a pâti. En 2015, Chez Maïté est ainsi placé en liquidation judiciaire avant d’être obligé de fermer. Aujourd’hui, avec le décès de son mari Pierrot, Maïté doit affronter une nouvelle épreuve.

Crédits photos : JEAN-CLAUDE WOESTELANDT / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet