Manuel Valls prêt à collaborer avec Emmanuel Macron ? « Ce n’est pas à l’ordre du jour »

Dans une interview pour Midi Libre de ce mardi 26 octobre, Manuel Valls distille projets de réformes et vœux pieux d’union nationale en vue de la prochaine élection présidentielle. Serait-il prêt dans cet esprit à travailler avec son ancien ministre de l’Économie, Emmanuel Macron ? « Pas à l’ordre du jour », répond-il.

Rester libre, pour être écouté. Mais par qui ? Dans un entretien accordé à Midi Libre ce mardi 26 octobre, Manuel Valls balaie la question d’une hypothétique participation à un gouvernement macroniste si l’actuel locataire de l’Élysée était reconduit dans ses fonctions au printemps prochain. Pour l’ancien premier Ministre, officiellement retiré de la vie politique française, une telle chose « n’est pas à l’ordre du jour« . « Si je veux être écouté, ce qui reste à démontrer, il faut que je reste libre. Pour répondre autrement, ce n’est évidemment pas à l’ordre du jour« , détaille-t-il à nos confrères.

Pourtant, l’ancien ministre de l’Intérieur ne manque pas de choses à dire sur le futur politique de la France. Il prêche ainsi pour de grandes réformes des institutions, mais surtout pour une nouvelle vision de la façon de diriger le pays. « Il faut revoir aussi la manière de gouverner. Le prochain président de la République sera élu après avoir fait entre 17 et 23 %. Avec ce score, on ne peut pas gouverner seul. Le prochain président de la République ne pourra pas gouverner seul« , assène-t-il. Celui qui avait pourtant choqué sa propre famille politique, en parlant de « gauches irréconciliables » en 2016 lors de la campagne pour les primaires, plaide désormais pour une union sacrée comme mot d’ordre pour le prochain gouvernement : « Il faudra pour le prochain quinquennat un pacte de gouvernement de salut patriotique, (…) le plus large possible », professe-t-il.

« Si un jour je peux à nouveau servir mon pays, je serai comblé »

Difficile d’imaginer que ce nouvel apôtre du rassemblement ne réponde pas à l’appel, et surtout maintenant qu’il est de retour en France. Mais le Catalan préfère ne pas se prononcer, pour l’instant : « Vous savez, la politique, c’est ma passion« , affirme l’ancien député. « Si un jour je peux à nouveau servir mon pays, je serai comblé mais aujourd’hui, je ne suis pas en situation de le faire. » En effet, Manuel Valls ne possède plus aucun mandat électif en France, ni même à Barcelone, d’où il a démissionné de ses fonctions de conseiller municipal à la fin du mois d’août. « J’ai surtout envie de participer à ce débat, comme je le fais une fois par semaine sur BFM TV, sur les risques qu’encourt notre République. C’est là encore, que j’insiste inlassablement sur un rassemblement d’union patriotique.« 

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet