Marc Machin jugé pour viol aux assises après avoir été condamné pour meurtre puis innocenté

À partir du lundi 11 octobre 2021, Marc Machin est jugé pour viol aux assises. Après six ans d’emprisonnement résultant d’une grosse erreur judiciaire, il avait été acquitté en 2012 après la révision de son procès.

Restez informée

Un nouveau face-à-face avec la justice pour Marc Machin. À partir du lundi 11 octobre 2021, l’homme de 39 ans connu pour être la victime d’une grosse erreur judiciaire est jugé pour viol aux assises à Paris. Neuf ans après son acquittement, l’homme originaire de Paris a reconnu lors de sa garde à vue avoir commis un viol dans le 11e arrondissement de Paris précédé d’un cambriolage. Il est ainsi jugé pour viol commis sous la menace d’une arme, extorsion avec arme, escroquerie, vol et violation de domicile.

Les faits se sont produits le 21 avril 2018. Il a expliqué lors de sa garde à vue avoir pénétré dans un appartement, pensant que la femme, âgée à l’époque de 22 ans, qu’il avait vu y entrer plus tôt, s’était éclipsée. Lors de son entrée dans les lieux, il trouve la jeune femme endormie. Au cours du cambriolage, elle se réveille et tombe nez-à-nez avec lui. Marc Machin, le visage caché sous une cagoule et un couteau à la main, l’oblige, selon les déclarations de la victime, à lui faire une fellation avant de lui imposer de prendre une douche et de se laver les dents. Les enquêteurs estiment que Marc Machin a ainsi voulu faire disparaître toute trace ADN sur la victime. Une victime à laquelle il vole la carte bleue avant de partir. Marc Machin a indiqué qu’il avait été sous l’emprise de cocaïne et de l’alcool.

Six ans de prison en raison d’une erreur judiciaire

Marc Machin encourt 20 ans de réclusion criminelle. Son ADN a en effet été retrouvé sur la scène. Pour rappel, il avait passé six ans en prison pour le meurtre d’une femme, Marie-Agnès Bedot, sur le pont de Neuilly (Hauts-de-Seine). Un meurtre pour lequel il aura été finalement reconnu non-coupable. En effet, c’est un SDF qui avait fini par reconnaître les faits. Au moment de sa garde à vue en 2001, pourtant, Marc Machin avait reconnu le meurtre de cette dernière avant de se rétracter. Il confiait avoir été mis sous pression par les policiers. Par la suite, Marc Machin aura été reconnu coupable de diverses agressions. En 2009, alors qu’il se trouvait en détention provisoire pour trois agressions sexuelles présumées, Marc Machin avait été condamné à cinq mois de prison dont trois avec sursis pour des faits de « violences » sur un surveillant de la prison.

Source: Lire L’Article Complet