« Merci, mais c’est à moi de trancher » : Emmanuel Macron cash avec ses conseillers scientifiques

Depuis quelques semaines, Emmanuel Macron semble prendre ses distances vis à vis des scientifiques. C’est en s’informant par lui-même sur le sujet de la crise sanitaire, qu’il a pu s’émanciper.

A propos de

  1. Emmanuel Macron

Depuis le début de cette crise sanitaire, les scientifiques semblaient dicter les décisions d’Emmanuel Macron. Mais depuis quelques semaines, le chef de l’État a pris ses distances. “Désormais il leur dit : ‘Merci pour ces données mais c’est à moi de trancher'”, assure un proche dans les colonnes de La Dépêche du Midi, ce dimanche 14 février. En choisissant de ne pas opter pour un nouveau confinement, Emmanuel Macron a marqué un tournant. Un réel acte d’émancipation.

Du côté de l’exécutif, on se réjouit de voir qu’Emmanuel Macron a “développé une analyse assez fine des données, des projections, des graphiques”. La semaine dernière, un ministre s’amusait de cette réelle connaissance du chef de l’État sur les chiffres de cette crise sanitaire : “Il va finir épidémiologiste !” Il s’informe par lui-même, “observe les données de Santé publique France” tours les jours, et regarde des sources comme Covidtracker. Si Emmanuel Macron a donc pris ses distances avec les scientifiques, le lien est loin d’être rompu. Le président de la République consulte toujours le Conseil scientifique, qui a été élargi jeudi 11 février, à quatre nouveaux membres

La présidentielle de 2022 est proche

Emmanuel Macron veut surtout montrer que l’enjeu sanitaire ne doit pas être la seule donnée à prendre en compte. Ne voulant pas négliger d’autres données, qu’elles soient sociétales, psychologiques, économiques et même éducatives. À l’heure où un grand nombre de scientifiques, au niveau européen, prônent une maîtrise bien plus drastique du nombre de contaminations, Emmanuel Macron, pourtant alarmiste sur le sujet de la vaccination, a marqué la différence en choisissant de ne pas confiner une nouvelle fois. La présidentielle de 2022 est proche et naturellement dans l’esprit de celui qui pourrait vouloir briguer un second mandat. Et mettre un pays à l’arrêt n’a jamais apporté le moindre crédit à un pouvoir politique.

Des chiffres stables

Quant aux chiffres de contaminations, ils sont toujours stables au fil des semaines. Ils donnent ainsi raison au pari d’Emmanuel Macron. “Il gère très bien”, se félicite l’un de ses soutiens. À tel point que la semaine dernière, on a même évoqué de nouveaux sujets sur la scène politique française : la loi climat et celle sur les séparatismes. Le mari de Brigitte Macron prouve ainsi que le pays n’est plus à l’arrêt et que l’heure est bientôt aux réformes.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet