Michel Cymes, une proie facile ? « J’en ai pris plein la gueule »

Illustre médecin et animateur, Michel Cymes n’échappe pas aux aléas de la notoriété. Dans une récente interview accordée au magazine France Dimanche, il a évoqué les critiques dont il a été la cible.

Comme toute célébrité sur le devant de la scène, Michel Cymes a droit à admirateurs et détracteurs. “Je suis lucide. Je suis en vitrine”, a-t-il ainsi glissé au cours d’un entretien récemment accordé au magazine France Dimanche, “quand, en matière de santé, les gens ne sont pas contents, je suis le premier à prendre. Mais bon, cela va avec la popularité aussi.” Mais il est particulièrement difficile d’exercer les métiers de médecin et d’animateur dans un contexte de crise sanitaire. Soit à l’heure où tous les efforts sont nécessaires pour lutter contre la maladie virale. “Le Covid rend tout le monde nerveux et le discours scientifique est difficilement audible. J’en ai pris plein la gueule sans vraiment comprendre pourquoi, s’est souvenu le co-présentateur des Pouvoirs extraordinaires du corps humain.

“On m’a fait dire des choses que je n’avais pas dites. C’est comme ça quand ont est très exposé, il faut l’accepter”, analyse Michel Cymes. Un recul considérable et certainement nécessaire pour le médecin du PAF, cible de violentes critiques depuis les débuts de la crise sanitaire. “Je ne suis absolument pas inquiet”, avait-il lancé sur les ondes d’Europe 1 en mars 2020. Au moment des faits, le mari de Nathalie Cymes avait sous-estimé le danger que représentait le Covid-19, tout comme certains de ses confrères scientifiques. Un simple “virus de plus qui ressemble à la grippe” à ses yeux. “Ce n’est pas une grippette, mais ça reste une maladie virale comme on en a tous les ans, renchérissait-il, cette fois sur le plateau de Quotidien. Le coronavirus l’a poussé à l’humilité.

“Je me suis trompé”

Rappelé à son devoir de médecin loin des plateaux télé, Michel Cymes avait renfilé sa blouse blanche pour prêter main forte au personnel de santé, éprouvé et surchargé. “Vous vous rendez compte, d’abord, qu’il y a un grand calme dans les réanimations, contrairement aux services d’urgence (…) Là, dans les services de réanimation, les gens sont très calmes, disait-il cependant au micro de RTL en avril 2020. Dézingué sur les réseaux sociaux par les anonymes puis sur le petit écran par de nombreuses autres personnalités, et face à une pandémie mondiale, le principal concerné a tenté de se défendre dans les colonnes de L’Express.

C’est vrai, j’ai peut-être commis une erreur en voulant rassurer les Français. Pourtant, je ne disais pas autre chose que ce que déclaraient les grands professeurs à l’époque.” En novembre 2020, alors de passage dans Quotidien, il n’avait eu d’autre choix que le mea culpa. “À l’époque, j’ai parlé avec les connaissances scientifiques du moment et je me suis trompé, regrettait-il auprès de Yann Barthès. Depuis cette prise de conscience, Michel Cymes ne laisse rien au hasard. Il a ainsi montré l’exemple en se faisant vacciner. “Je pense que tous les médecins doivent se faire vacciner, se faire prendre en photo et montrer à leurs patients qu’ils peuvent le faire aussi.”

Source: Lire L’Article Complet