Nicola Sirkis (Indochine) se confie sur la mort de son frère : "Beaucoup de remords et de regrets"

Dans une interview accordée à Thomas Sotto sur France Inter, Nicolas Sirkis s’est livré sur la mort de son frère jumeau, Stéphane Sirkis, dimanche 19 décembre 2021. Des confidences rares, sur une épreuve ô combien douloureuse…

  • Nicola Sirkis

Stéphane Sirkis est mort des suites d’une hépatite C en 1999. Une disparition brutale qui a laissé un grand vide dans le cœur son frère jumeau, Nicola Sirkis. Plus de deux décennies après ce terrible événement, la douleur est toujours présente. Dans une interview accordée à Thomas Sotto pour l’émission Hors-piste sur France Inter, dimanche 19 décembre 2021, le chanteur principal et guitariste du groupe Indochine s’est livré sur cette épreuve qui a chamboulé sa vie à tout jamais. « Pendant toute notre enfance, on nous a appelés les jumeaux, on nous habillait pareil. Nos chemins se sont séparés, lui, il est parti dans une sorte de politique extrême gauche, moi j’étais plus sensible. Il y a eu une confrontation artistique de toute façon. Dans le domaine de l’intime, je n’ai pas ressenti ça comme ça », s’est souvenu l’auteur-compositeur-interprète de 62 ans.

La mort de Stéphane Sirkis est survenue dans un contexte particulier. En effet, la maladie dont il souffrait était en partie liée à ses problèmes d’addiction aux drogues et à l’alcool. « Quand on essaie de sortir quelqu’un de son addiction et de voir qu’il n’en a pas envie, c’est soit lui soit nous. À un moment donné, le choix est fait d’une façon implacable », a déploré Nicola Sirkis, avant de poursuivre : « On peut vivre sans sa moitié parce qu’il m’a donné la force de continuer. Une force contre lui d’être en colère contre lui pour ce qu’il s’est passé. J’ai beaucoup de regrets et de remords sur cette situation mais ça fait avancer. Dans le groupe, il y avait deux personnes qui avaient une addiction effroyable et on n’a pu en sauver qu’un. Malheureusement, ce n’était pas mon frère. Dans les familles, cette situation est insurmontable (…) depuis que j’ai vu mon frère mort, je ne crois plus en Dieu. » Des confidences bouleversantes…

« Je sais que la mort ne prévient pas »

Ce n’est pas la première fois que Nicola Sirkis confie avoir perdu la foi depuis la mort de son frère jumeau. C’est en effet ce qu’il écrit dans son livre intitulé Indochine et paru aux éditions du Seuil le 30 septembre 2021. Pour la promotion de cet ouvrage, il s’était ainsi exprimé dans les colonnes du Figaro, le 16 novembre : « Pour moi, Dieu est mort. Récemment, j’ai lu cette phrase incroyable d’une femme qui a témoigné au Bataclan : ‘L’au-delà n’existe pas. Le paradis, c’était ici et vous avez tout foutu en l’air.’ Elle a tout résumé en une phrase, tout ce que j’ai vécu dans ma jeunesse judéochrétienne. Il faut s’inventer son propre paradis. Il ne faut pas croire à l’Autre, ni aux Autres. » Et de conclure : « Je sais que la mort ne prévient pas et peut advenir en quelques secondes. Donc j’essaye de ne pas perdre de temps, de m’occuper de ma vie d’abord, de vivre au présent. »

Source: Lire L’Article Complet