Nicolas Hulot, accusé de viol : il nie les faits et évoque une relation consentie avec Pascale Mitterrand

Le mercredi 24 novembre 2021, Nicolas Hulot était présent sur le plateau de BFMTV pour se défendre des accusations dont il est la cible. En effet, l’ancien ministre est visé par plusieurs femmes pour viol et harcèlement.

  • Nicolas Hulot

Le jeudi 25 novembre 2021, France 2 diffusera un nouveau numéro d’Envoyé spécial, dans lequel les journalistes ont interrogé plusieurs femmes, qui accusent Nicolas Hulot d’agression sexuelle, de viol et harcèlement. Face à ces accusations, l’ancien ministre de la Transition écologique s’est rendu sur le plateau de BFM TV, le mercredi 24 novembre 2021 pour se défendre et donner sa propre version des faits. « Je sais qu’à partir de demain, le lynchage va commencer. Je veux le dire sans formule, sans élément de langage : ni de près ou de loin, je n’ai commis ces actes. Ces affirmations sont purement mensongères », confie-t-il sur le plateau de Bruce Toussaint. L’ancien politique affirme qu’il vit un enfer depuis que cette affaire est sortie :« Depuis 4 ans, je subis le poison de la rumeur, des insinuations parfois des accusations au grand jour. Ce poison du soupçon fait son œuvre mais avec une certaine naïveté, je pensais que rien de grave ne pouvait m’arriver. Mais aujourd’hui, être innocent ne permet plus de dormir tranquille ».

Nicolas Hulot : « Je leur ai apporté des éléments »

Nicolas Hulot a également annoncé sur BFMTV qu’il quittait son statut de président d’honneur de sa fondation. Mais ce n’est pas tout : l’homme veut s’éloigner de la vie publique : « Je ne m’exprimerai plus. Je ne souhaite à personne de vivre le cauchemar dans lequel je vis (…) A partir de maintenant, je quitte mon engagement et la vie publique définitivement. Je vivrai pour ma famille, mes amis. (…) Car je ne me reconnais plus dans cette société, ni dans ses codes ». En 2018, l’ancien ministre de la Transition écologique se retrouve au cœur d’un article du média Ebdo, dans lequel Pascale Mitterrand l’accusait pour des faits de viol qui se seraient déroulés en 1997. Selon Nicolas Hulot, ces accusations sont fausses : « J’ai répondu aux enquêteurs, je leur ai dit. Je leur ai apporté des éléments. Au vu de ces éléments, ce qui est excessivement rare, le procureur a dit que les faits, en aucun cas, n’avaient été établis ». La plainte avait alors été classée sans suite. Selon Nicolas Hulot, il n’a jamais contraint qui que ce soit à des relations sexuelles : « Il s’est passé quelque chose, mais dans un consentement et une harmonie classique d’une histoire sans lendemain », assure-t-il.

A lire aussi : Nicolas Hulot : pourquoi la plainte pour viol a été classée en 2008 sans qu’aucune poursuite ne soit engagée

Source: Lire L’Article Complet