Nicolas Hulot : l'ancien ministre revient avec amertume sur son expérience au gouvernement

Dans une interview pour Paris Match, Nicolas Hulot est revenu sur les quinze mois qu’il a passés en tant que ministre de la Transition écologique et durable. Il a livré un témoignage empli d’amertume sur cette expérience et a dénoncé les préjugés dont il aurait été victime.

Nicolas Hulot

Emmanuel Macron

Nicolas Hulot avait été de nombreuses fois approché pour occuper le poste de ministre de l’Écologie. Et par plusieurs présidents ! C’est pourquoi sa nomination en 2017 avait fait partie des grandes annonces du premier gouvernement formé sous l’égide du président Emmanuel Macron. Dans un entretien exclusif donné à Paris Match, l’activiste de 65 ans a utilisé des mots forts pour décrire le protocole qui aurait contribué à museler ses actions ainsi que ses ambitions, et qui aurait à terme mené à sa démission en août 2018. L’hebdomadaire a dévoilé quelques extraits de ce long entretien à paraître dans la version papier. « La symphonie du pipeau » est par exemple le sobriquet qu’il a trouvé pour décrire sa perception de la machine gouvernementale. Si le but n’est pas de casser Emmanuel Macron, les éclaboussures sur ce dernier sont inévitables. Nicolas Hulot va en effet droit au but. « Evidemment, je n’y suis pas allé sur sa bonne bouille, ni sur son programme, quasi inexistant en matière d’écologie », a-t-il lancé au cours de cette rencontre. Le président lui aurait d’ailleurs avoué : « Je ne suis pas à la hauteur, j’ai besoin de toi ».

« Je n’y vais pas pour faire de la figuration »

Connu pour son engagement pour la cause environnementale, Nicolas Hulot avait pris position avant d’accepter la mission. « Je n’y vais pas pour faire de la figuration, je ne te demande pas la lune mais qu’on en prenne le chemin, qu’on amorce la transition écologique et sociétale dans tous les domaines », a-t-il poursuivi. Pourtant, il s’est senti mis à l’écart des grandes décisions et marginalisé au sein de l’entourage du président en tant qu’« écolo de service ». Il a ressenti ces préjugés y compris dans les initiatives portées par Matignon, d’ailleurs un peu trop souvent à son goût… Si sa querelle entre lui et le ministre de l’Agriculture était connue, ses difficultés avec le Premier ministre, beaucoup moins. Nicolas Hulot serait malgré tout prêt à faire un éventuel retour en politique face à la crise sanitaire qu’il perçoit comme écologique en premier lieu. Pour ce qui est de savoir si Nicolas Hulot briguera le poste suprême en 2022, il faut désormais patienter. Il n’avait pas écarté l’idée au mois de juin lorsqu’un journaliste du Monde lui posait la question, mais disait en être à « des années lumières ». À moins que ce ne soit quelques mois…

Source: Lire L’Article Complet