Olivier Véran, “enfant gâté” : “il s’est roulé par terre pour obtenir quelque chose”

Olivier Véran n’a pas voulu quitter le gouvernement français. Pour obtenir un emploi dans les hautes sphères du pouvoir, « il s’est roulé par terre » selon un conseiller. En tentant, selon cette source, le tout pour le tout, il a obtenu une nouvelle fonction dans la République.

Olivier Véran « s’est roulé par terre » pour obtenir un poste au sein du gouvernement français, rapporte Le Parisien. « Des ajustements se sont produits jusqu’à la dernière minute », a expliqué un proche du président de la République. Et Olivier Véran, ex-ministre de la Santé, ne faisait pas partie des personnes mises au premier plan du remaniement. « Il s’est battu XXL », a informé une personne qui connaît les hautes sphères du pouvoir. Par sa persévérance, Olivier Véran a obtenu par chance le rôle de ministre des Relations avec le Parlement. Il succède dans ses fonctions à Marc Fesneau promu au ministère de l’Agriculture. Emmanuel Macron et Élisabeth Borne ont échangé jusqu’à la dernière minute pour affiner la sélection des ministres.

Un parcours sans faille

L’ex-ministre de la Santé est neurologue de profession. Avant de rejoindre LREM en 2017, il était membre du Parti socialiste, raconte Le Figaro. Entre 2012 et 2015, il était le suppléant de Geneviève Fioraso à l’Assemblée nationale. Il prenait alors place au Palais Bourbon lorsqu’elle est devenue ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. En 2017, il est redevenu député. La majorité présidentielle l’a reconduit dans la première circonscription de l’Isère. Olivier Véran a toujours affectionné les plateaux médiatiques sur lesquels il passe très souvent. À 44 ans, le nouveau ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement est un bon pédagogue et communiquant. Emmanuel Macron le trouve « sérieux » et « efficace ». Il s’assure de rester accessible aux élus et responsables du milieu de la santé, selon Le Monde.

C’est avec « fierté » qu’Olivier Véran a quitté son ministère après deux ans de lutte contre la Covid-19. Ce samedi, il a passé la main à sa remplaçante, Brigitte Bourguignon. « Je suis fier d’avoir été sur le pont 24h/24, 7 jours sur 7, pour protéger ce que les Français ont de plus précieux. Fier d’avoir tenu bon face à l’impensable, dans une période dont nous parlerons à nos enfants et à nos petits-enfants », a-t-il avoué.

Article écrit en collaboration avec 6medias

Crédits photos : Michael Baucher / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet