« On manque de recul » : le Pr Éric Caumes réticent sur la vaccination des enfants

Dans la matinale de BFM TV et RMC, mercredi 3 novembre 2021, le professeur Éric Caumes a donné son avis sur l’hypothétique vaccination des enfants.

Invité de la matinale de BFM TV et RMC, Éric Caumes a été interrogé, par la journaliste Apolline de Malherbe, sur la vaccination potentielle des plus jeunes. Le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière a assuré ne pas y voir d’urgence. Dans cette crise sanitaire, ce ne serait « pas une priorité« . « Le virus a largement circulé dans les écoles, largement circulé chez les enfants, comme on le constate maintenant qu’on regarde attentivement ce qu’il se passe dans les écoles. Je pense que les enfants, dans leur immense majorité, ont rencontré le virus« , a-t-il justifié avant d’affirmer que les plus petits étaient en conséquence « immunisés, semi-immunisés, ou en tout cas en voie de l’être« . Pas de dose, alors, pour nos bambins ? Le spécialiste n’y voit aucune utilité pour le moment.

Pour étayer son propos, il a poursuivi son argumentaire : « De toute façon, ça va continuer à circuler dans les écoles tout l’hiver. Donc, vacciner les enfants… On manque encore un peu de recul sur les effets indésirables chez les enfants. Et de toute manière, les enfants ne font pas de forme grave en règle générale. La priorité, ce sont les personnes qui vont rentrer en réanimation. » Ceux qui sont craintifs des piqûres devraient pouvoir souffler, pour le moment !

Pr Éric Caumes sur la vaccination des enfants de moins de 12 ans: "On manque encore un peu de recul (…) Ça n'est pas une priorité" pic.twitter.com/TqMtJUxYM0

L’école libérée de deux contraintes

Depuis début octobre, les écoles primaires de plusieurs départements ne ferment plus automatiquement leurs classes si l’un des élèves est testé positif à la Covid-19. Dans le cas d’un enfant contaminé, tous ses camarades doivent être impérativement dépistés. Ceux ayant obtenu un résultat positif, comme ceux dont les parents refusent qu’ils procèdent à un test, sont amenés à suivre les cours depuis leur domicile. Certains petits citoyens sont aussi exemptés du masque ! Nombreuses institutions scolaires, situées dans des territoires où le coronavirus circule le moins (taux d’incidence d’environ 50 cas quotidiens pour 100 000 habitants), ne sont plus obligées de faire porter cette protection à leurs élèves de primaire.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran BFM TV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet