Pascale Clark aigre : elle tacle la nouvelle version d’En aparté

14 ans après la fin d’En aparté, Canal+ a décidé de relancer l’émission en septembre dernier. Pascal Clark, l’ancienne voix incontournable du programme, n’a pas mâché ses mots au sujet de la nouvelle version.

Les téléspectateurs de Canal+ se souviennent très probablement d’En aparté, programme culte de la chaîne diffusé entre 2001 et 2007. Souvenez-vous : un invité célèbre était interviewé à huis clos, dans un appartement décoré selon son profil. Lors de ce rendez-vous, il n’y avait pas d’hôte physique. Seule la voix de Pascale Clark, guidant son invité au fil de l’interview, résonnait dans le studio. Un concept intimiste qu’a souhaité relancer Canal+ en organisant le retour d’En aparté au mois de septembre dernier. Mais, à la surprise générale, ce n’est pas Pascale Clark qui a repris le rôle de "la voix" mais la journaliste Nathalie Lévy. Un choix plutôt étonnant, du fait que Pascale Clark y était pour beaucoup dans le succès du programme. Mais peut-être est-ce la journaliste qui n’a pas souhaité revenir ? Il semblerait que la décision vienne d’ailleurs, selon Pascale Clark. En effet, cette dernière assure ne pas avoir reçu le moindre appel de la part de Canal+ au sujet du retour de l’émission. "Ils ont les droits, ils peuvent relancer En aparté. Mais ils pourraient être polis", a-t-elle confié lors d’une interview avec M Le Mag. De toute façon, la journaliste ne semble pas convaincue par la nouvelle version. "C’est moche. À l’œil, c’est moche, c’est mal éclairé", a-t-elle déclaré dans les colonnes de Télé Loisirs avant d’ajouter : "Je ne l’ai regardé qu’une minute, mais d’après ce que j’entends ici et là, ce n’est pas une réussite."

Pascale Clark : la voix de Revu sur France 5

Si la journaliste ne donne plus de la voix pour En aparté, elle la prête désormais à l’émission Revu lors de laquelle un invité, assis seul dans un décor, visionne un zapping de l’actualité, avant de commenter les images. Un programme intéressant mais qui peine à décoller en raison du caractère parfois indigeste de la salve d’images, ou de l’hésitation de certains artistes à s’exprimer.

Source: Lire L’Article Complet