Photos : Melissa Theuriau, ce projet incroyable qu'elle mène pour les droits des enfants

Mélissa Theuriau était l’invitée de C à vous sur France 5 jeudi 15 avril. La compagne de Jamel Debouzze a produit un nouveau documentaire sur l’enfance, Incas(s)sables, qui sera diffusé mercredi 21 avril 2021 sur France 2.

Mélissa Theuriau ne présente plus de magazine actuellement mais la journaliste fourmille de projets. La preuve, l’ancienne présentatrice de Zone Interdite qui avait décidé d’arrêter la télévision pour se consacrer à la réalisation et à la production de documentaires revient avec un nouveau projet. Jeudi 15 avril elle était l’invitée d’Anne-Élisabeth Lemoine sur France 5 pour en parler. La compagne de Jamel Debouzze est venue présenter Incas(s) ables, sa nouvelle production, qui sera diffusée le mercredi 21 avril sur France 2. Cette réalisation de Ketty Rios Palma sera proposée dans le cadre de l’émission Infrarouge. Elle suivra le parcours de Guillaume, Gabriel, Alex, Kahina et Jérémie, cinq jeunes adolescents de 10 à 18 ans confiés par l’Aide Sociale à l’Enfance à la fondation La Vie au Grand Air. Le documentaire a d’ailleurs été récompensé par un Pyrénées d’or au Festival des créations télévisuelles de Luchon 2020. Il rappelle l’engagement sincère et humaniste de la journaliste pour cette cause qui lui tient visiblement à cœur.

Mélissa Theuriau rappelle qu’elle s’investit pour les droits de l’enfance

Dans une démarche forte et investie, Mélissa Theuriau a rappelé sur le plateau de C à Vous son engagement profond auprès des enfants qu’elle suivait. Elle précise d’ailleurs qu’elle continue à prendre des nouvelles de ces jeunes depuis la fin du tournage du film. “Ce qu’il y a d’intéressant par exemple, c’est qu’ils sont toujours dans ce pavillon d’Ivry”, a-t-elle raconté avant d’ajouter : “Ce qui est un signe très positif et assez rare. Ça veut dire que c’est la fin des hémorragies des placements”.

En effet, la journaliste explique que les placements sont toujours particulièrement difficiles à gérer pour ces adolescents en difficulté : “Pour la majorité des enfants placés, on change de famille ou de foyer tout le temps. C’est aussi ce qui perturbe énormément leur parcours et (provoque) leur déscolarisation”. Elle continue de suivre le parcours de vie de chacun des jeunes qui ont joué les protagonistes dans ce documentaire. “Tous y compris Kahina qui est revenue”, a même précisé la journaliste, donnant plus de détails. “On la voit partir à la fin du film parce qu’elle voulait absolument vivre avec sa maman. Aujourd’hui elle est revenue et elle est en appartement thérapeutique. Elle apprend à vivre et commence à être autonome”.

À voir aussi : Cette lettre obscène et délirante reçue par Karine Le Marchand

Source: Lire L’Article Complet