Polémique Pio Marmaï : le contexte de sa phrase sur Emmanuel Macron dévoilé

Pio Marmaï a enflammé Cannes avec une petite phrase qui laissait entendre qu’il souhaitait “péter la gueule” à Emmanuel Macron. La contextualisation de la phrase, sortie d’une réponse de près de trois minutes du comédien, permet de mieux comprendre ce qu’il a voulu exprimer.

Pio Marmaï

Emmanuel Macron

Pio Marmaï s’attendait-il à un tel déferlement ? Samedi 10 juillet, une conférence de presse se tenait sur la Croisette pour présenter La Fracture, un film sur la crise des Gilets Jaunes, réalisé par Catherine Corsini. Chacun leur tour, les acteurs du film se sont exprimés dans un échange de questions-réponses avec les journalistes présents. Pio Marmaï s’est montré virulent à l’égard du chef de l’État. Alors qu’une journaliste s’adressait à l’équipe du long-métrage pour savoir si elle avait un message pour le président Emmanuel Macron, l’acteur a pris la parole. “Macron, j’aimerais bien aller chez lui en passant par les chiottes et par les tuyaux et lui péter la gueule, ça évidemment un peu comme tout le monde, dans l’absolu…”, a déclaré Pio Marmaï. Des propos jugés violents par de nombreux internautes, qui n’ont pas hésité à interpeller l’acteur. Même Christophe Castaner, ancien ministre de l’Intérieur, a condamné les paroles prononcées par le comédien.

“Une maladresse peut survenir”

Le média Brut, qui a été à l’origine de la question posée en conférence de presse, a proposé de remettre un peu de contexte autour de cette phrase qui en a fait s’étouffer quelques-uns. Pio Marmaï incarne dans le film un gilet jaune qui passe par les égouts pour s’introduire à l’Elysée. “L’absolu” avancé par le comédien est en réalité l’ambition du personnage qu’il incarne. “J’ai pas grand-chose à dire à Macron, je n’ai aucune leçon à donner à personne”, a estimé Pio Marmaï en préambule d’une réponse de trois minutes où le comédien explique ce qu’il voulait transmettre comme émotion en jouant ce personnage. “Quand on pousse des gens à un moment de fragilité et de violence pareilles, c’est sûr qu’il y a un moment où une maladresse peut survenir. Un moment de dureté, de révolte brute. C’est ce que j’ai essayé de raconter : quelqu’un d’un peu dépassé, mais qui veut quand même rester dans une sorte de réalité. C’est comment on essaye de s’accrocher au réel quand on est poussé dans un endroit de fragilité totale”, explique-t-il par exemple.

Au cours de l’échange, Pio Marmaï finit par exprimer ce qu’il voudrait dire au chef de l’Etat : “Si je l’avais en face de moi, je lui dirais : ‘Mon pote, merde, qu’est-ce qu’il se passe ?'”. Lors d’une autre interview, réalisée à nouveau par Brut, le même jour, le comédien répond à nouveau à la même question. C’est compliqué parce que j’ai pas mal de questions à lui poser, réfléchit Pio Marmaï. Déjà, je lui dirais : ‘Merde, mais bon, te rends-tu compte qu’il y a un problème ?’. Ensuite, ‘Résilience, j’en ai marre de ce mot, il me fait chier'”. Et tout ça, a priori, sans lui “péter la gueule” d’abord.

Source: Lire L’Article Complet