PPDA accusé de viols : comment une expertise psychologique a changé l'affaire

Dimanche 18 juillet 2021, le Journal du dimanche publiait les extraits d’une expertise psychologique établie au mois de mars de la même année dans le cadre de l’enquête concernant les accusations de viols dont Patrick Poivre d’Arvor était la cible. Ce rapport aurait incité la procureur à classer l’affaire en juin 2021.

  • Patrick Poivre d'Arvor

PPDA a certainement été soulagé en entendant que l’enquête portant sur les accusations de viol proférées à son encontre par plusieurs femmes n’est pas parvenue à la conclusion que les plaignantes escomptaient. Alors que l’ancien présentateur du JT de 20h de TF1 était visé par huit plaintes, celles-ci ont finalement toutes été classées sans suite par le parquet de Nanterre le vendredi 25 juin 2021. Notamment celle qui avait été posée en première : celle de Florence Porcel. L’écrivaine avait toutefois engagé une nouvelle procédure judiciaire contre Patrick Poivre d’Arvor le jour de cette décision. Mais comme le révèlent nos confrère du Journal du dimanche le dimanche 18 juillet 2021, c’est une expertise psychologique qui a motivé la décision de la procureure de Nanterre, Catherine Denis. Un “document de 24 pages”, établi au mois de mars 2021, qui aurait changé la donne.

PPDA n’est pas encore sorti d’affaire

Nos confrères précisent que “la psychologue met surtout en doute à plusieurs reprises la crédibilité du récit qui lui est livré” et a ainsi écrit : “à aucun moment le discours de Florence Porcel n’évoque une contrainte”. D’autres éléments, notamment la “théâtralisation” de la jeune femme auraient interrogé la professionnelle comme elle l’a inscrit dans son rapport : “Florence Porcel se met à bégayer mais sans aucune émotion ou manifestation de stress comme si cela était joué (…) Elle se met à pleurer mais cela semble joué, elle n’a aucune larme”. Un autre élément, “le manque de stress”, a étonné la psychologue : “Son discours est assez froid et distant, comme si elle maîtrisait la situation”.

Toutefois l’affaire n’est pas terminée pour PPDA. Emmanuel Moyne et Joséphine Doncieux, les deux avocats de Florence Porcel dénoncent auprès de nos confrères que “l’enquête et l’expertise psychologique aient été bâclées et n’aient pas tenu compte d’éléments matériels déterminants”. Ils s’apprêtent d’ailleurs “à déposer au nom de leur cliente une plainte avec constitution de partie civile qui déclenchera automatiquement la désignation d’un juge d’instruction”.

Source: Lire L’Article Complet