Prince Andrew au coeur d’un nouveau scandale à 1,8 million d’euros

Visé par de graves accusations d’agressions sexuelles, le prince Andrew est de nouveau dans la tourmente. Selon le média financier Bloomerg, le fils de la reine aurait bénéficié d’une gracieuse somme d’argent de la part d’un ami généreux…

Un scandale de plus. Ces derniers mois, le prince Andrew cumule les déboires judiciaires. De nouveaux faits aggravent le cas du fils chouchou de la reine, accusé d’agressions sexuelles par Virginia Giuffre lorsqu’elle était mineure. Selon nos confrères du Mail Online et des informations révélées par Bloomerg, ce mercredi 17 novembre, le frère du prince Charles aurait effectué un prêt d’1,8 million d’euros à la Banque privée luxembourgeoise Havilland.

Une somme aussitôt remboursée par son fidèle ami David Rowland, propriétaire de cette même banque. Ce riche donateur conservateur de 76 ans figurait notamment au premier rang du mariage d’Eugénie d’York. Cette vie à outrance, que le frère du Prince Charles pourtant retiré de la vie publique ne peut se permettre, dérange l’opinion : « Et au fil des années, personne n’a profité de ce triple confort, offert par la générosité enviable du magnat, avec autant d’enthousiasme que le prince Andrew », révèle le tabloïd. En 2019, ses dépenses somptuaires faisaient déjà grincer des dents…

Ses relations « douteuses »

D’un jet privé, aux îles anglo-normandes de David Rowland en passant par des arrangements fiscaux depuis la banque privée de son ami, le prince Andrew aurait sciemment bénéficié de nombreux avantages : « Maintenant j’ai une vision complètement différente de la vie et de ses possibilités, tout en essayant de ne pas laisser cela me monter à la tête. Très difficile ! », a-t-il écrit au fils de son ami Jonathan.

Dépeint comme un homme qui aime s’entourer des plus riches, le prince Andrew était particulièrement proche du criminel sexuel Jeffrey Epstein, décédé dans sa cellule en 2019. Il y a peu, les fréquentations « douteuses » du prince Andrew avaient été dénoncées par un ancien ministre britannique : Norman Baker…

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet