Quotidien : le fou rire de Maïa Mazaurette et Yann Barthès pendant une chronique sur… le caca

Mardi 27 avril, dans Quotidien, Maïa Mazaurette, chroniqueuse sexe de l’émission tentait de répondre à une question très sérieuse : “Le caca est-il une question de genre ?” Mais, sérieuse, elle ne l’est pas restée longtemps, partant dans un long fou-rire avec Yann Barthès.

Maïa Mazaurette

Yann Barthès

Depuis la rentrée, en septembre dernier, Maïa Mazaurette a rejoint l’équipe de Quotidien. Chaque jour, elle propose une chronique sexe dans l’émission. Mardi 27 avril, c’est de la vie “très très intime” des couples qu’elle a parlé dans La zone Mazaurette. “Une étude publiée demain par l’IFOP et Diogène France explore le ”poop-shaming”, c’est-à-dire la gêne que nous ressentons lorsqu’il faut aller aux toilettes”, a-t-elle commencé, avant d’ajouter : “On y apprend que les trois quarts des femmes sont concernées. D’où cette question : le caca est-il une question de genre ?

Très sérieusement, Maïa Mazaurette a détaillé : “La réponse est évidemment oui. Merci aux standards délirants de pureté qui pèsent sur les femmes. Cette exigence d’un corps sous contrôle est transmise dès l’enfance. Dans les contes de fée, les héroïnes croquent des pommes empoisonnées, des maisons en pain d’épices ou des petits pots de beurre, mais elles ne digèrent jamais. Résultat : 70% des femmes et seulement la moitié des hommes sont victimes de parcoprésie, soit l’incapacité de déféquer dans certaines situations.” Mais son sérieux, elle ne l’a pas gardé longtemps. Maïa Mazaurette a ajouté à l’intention de l’animateur de Quotidien : “Eh oui, Yann, typiquement, les situations où l’on manque d’intimité. Dis comme ça, c’est rigolo, mais à force de se retenir, on peut se coltiner des conséquences graves, constipations, douleurs, diarrhées… Bon appétit tout le monde !” Le caca c’est rigolo“, a alors commenté Yann Barthès en riant.

“Charge mentale, charge fécale, même combat”

De quoi provoquer le fou rire de Yann Barthès, mais aussi de Maïa Mazaurette, qui a eu du mal à continuer sa chronique, même lorsqu’elle a abordé un sujet très sérieux : la charge mentale. “Dans trois quarts des foyers, ce sont les femmes qui s’occupent du nettoyage des toilettes”, a-t-elle expliqué entre deux éclats de rire, avant de faire un jeu de mot : Charge mentale, charge fécale, même combat. Ce qui a augmenté les rires de la chroniqueuse et de l’animateur. Mais apparemment pas des téléspectateurs. “”Le caca est-il une question de genre ?” Toujours aussi claquée la chronique Q de Maïa…”, “Pipi caca, ils rigolent… pffff”, “Le moment Maïa…”, ont-ils commenté sur les réseaux sociaux, partageant leur gêne.

#Quotidien le moment Maya….. pic.twitter.com/f9RhNGQlNX

Pipi caca ils rigolent ….. pfffff #Quotidien

#Quotidien " le caca est-il une question de genre ?"
Toujours aussi claquée la chronique Q de Maïa..

Source: Lire L’Article Complet