Rama X : le roi de Thaïlande en balade avec ses « deux femmes », alors que la fureur gronde dans son pays

Alors que le mouvement de contestation contre la monarchie répressive s’intensifie en Thaïlande, le roi Rama X se tient à l’écart : samedi 20 mars, il a préféré parader auprès de ses soutiens, aux côtés de la reine consort et de sa « noble concubine ».

A propos de

  1. Rama X

L’été 2020 a vu naître, en Thaïlande, un large mouvement de manifestations pro-démocratie. Près d’un an plus tard, la contestation se poursuit, malgré la violente répression de l’armée de la monarchie. Le roi Rama X, pour autant, ne s’implique pas de très près dans le règlement de la crise qui secoue son pays : samedi 20 mars, il s’est montré en compagnie de son épouse, la reine consort, et de sa « noble concubine ». À bord d’une voiturette royale, ils ont tous trois paradé, souriants, face à une petite foule de soutiens, tandis que quelques kilomètres plus loin, des manifestants faisaient face à des jets de gaz lacrymogène et flashballs de la part de la police anti-émeutes.

Des centaines de policiers, armés de boucliers, ont en effet avancé sur différents fronts, samedi 20 mars, pour éloigner environ un millier de manifestants du Grand Palais royal, a rapporté l’agence Reuters. À certains endroits, des manifestants lançaient des pétards, et ont reçu en retour des jets de gaz lacrymogène et des canons à eau. « Nous arrêterons quiconque se trouve dans les rues », a déclaré la police par haut-parleurs, en parallèle de ses charges.

Tear gas being used against the very young protesters who are still the area.

Many have been arrested by security forces. #ม็อบ20มีนา #WhatsHappeningInThailand pic.twitter.com/a2slkuPnjI

Les militants sont notamment accusés de sédition et d’insultes à la monarchie. L’article 112 de la constitution, qui punit les crimes de lèse-majesté, est de plus en plus utilisé par la monarchie pour faire régner l’ordre. Au mois de décembre 2020, le journal thaïlandais Khaosod rapportait en effet une hausse notable des poursuites de citoyens pour ces faits. Quelques semaines plus tard, le 19 janvier 2021, Anchan Preelert, une ancienne fonctionnaire, écopait d’une peine record, 43 ans de prison, pour ce crime.

Les manifestants ont ainsi brisé un tabou traditionnel dans le pays, en exigeant une réforme en profondeur de la monarchie : ils estiment que la constitution, rédigée par l’armée après le coup d’État de 2014, donne trop de pouvoirs au roi. Il faut dire que Rama X, de son vrai nom Maha Vajiralongkorn, qui règne officiellement sur le pays depuis 2019, est plus que controversé. Dès son arrivée au pouvoir, le journaliste écossais Andrew MacGregor Marshall, spécialiste de ce pays, l’annonçait au Journal du dimanche : « Il n’est pas aimé de la population. »

These scenes are profoundly embarrassing to most Thais — a hated dictatorial monarch and his two wives waving from a buggy as a fake crowd of royalists crawl on the ground in deference. #WhatsHappeningInThailand pic.twitter.com/gV1TMrxkkd

Coureur de jupons, polygame et sulfureux, Rama X se montre bien plus autoritaire que son père, le roi Rama IX, mort le 13 octobre 2016. « Derrière le play-boy se cache un tyran mentalement dérangé et violent », estimait alors Andrew MacGregor Marshall. En attendant, en ce début d’année 2021, alors que l’épidémie de coronavirus et la contestation se poursuivent, les priorités du roi se trouvent ailleurs. Il préfère en effet parader aux côtés de la reine consort, qui n’est autre que son ancienne garde du corps, Suthida Tidjai, ainsi que sa « noble concubine », Sineenat Bilaskalayani, qu’il a épousée trois mois après la reine.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Backgrid USA / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet