Renaud : ce drame qui traumatise le chanteur depuis cinq ans

Lundi 9 novembre 2020, David Séchan, le frère jumeau de Renaud, a fait une apparition dans l’émission Passage des arts présentée par Claire Chazal sur France 5. Il a notamment évoqué un drame qui a traumatisé le chanteur.

  • Renaud

Vendredi 16 octobre 2020, une exposition consacrée à Renaud a ouvert ses portes à la Philarmonie de Paris. Baptisée “Putain d’expo !”, cette dernière a été imaginée par David Séchan, le frère jumeau du chanteur. “Il était prévu qu’il vienne à Paris mi-novembre, pour voir l’exposition, mais cela aurait eu lieu sans public, dans un contexte familial et privé. Mais pour tout vous dire, Renaud a un peu peur de la pandémie et préfère rester tranquille chez lui dans le Sud de la France. Ceci dit, avec le confinement qui s’approche, la question est réglée d’elle-même, ce sera pour plus tard”, avait expliqué David Séchan dans un entretien accordé à Télé-Loisirs, mercredi 28 octobre 2020.

Renaud bouleversé par l’attentat de Charlie Hebdo

Crise sanitaire oblige, cette exposition a dû fermer ses portes. Pour autant, Claire Chazal lui a consacré un reportage dans l’émission Passage des arts, diffusée lundi 9 novembre 2020. Face aux caméras de France 5, David Séchan est revenu sur trois moments qui ont marqué la vie et la carrière de son frère jumeau. Il a notamment confié à quel point l’attentat perpétré contre la rédaction de Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier 2015, avait traumatisé l’interprète de Mistral gagnant. “Il a eu beaucoup de mal à s’en remettre. C’étaient tous ses copains. Ça été une grande détresse et un grand désespoir pour lui.”

Particulièrement proche de Cabu et de Charb, Renaud a écrit une centaine de chroniques pour le journal satirique. “Le seul journal qui m’a fait rire dans ma vie c’est Charlie Hebdo”, avait-il déclaré dans l’émission de Droit de réponse en 1982. Jeudi 7 janvier 2016, soit un an jour pour jour après le drame, Renaud s’était rendu place de la République à Paris, où avait eu lieu un rassemblement spontané en hommage aux victimes des attaques de Charlie Hebdo et du vendredi 13 novembre 2015. “Je ne suis pas un homme de discours, plutôt d’émotion. Mes amis Tignous, Cabu et Wolinski sont dans mon cœur”, avait-il déclaré, avant de reprendre le titre Marianne était jolie de Michel Delpech, disparu cinq jours plus tôt.

Source: Lire L’Article Complet