Rentrée scolaire 2021 : Jean-Michel Blanquer réagit aux nombreuses polémiques sur les autotests

Invité sur France Inter, le mercredi 1er septembre 2021, Jean-Michel Blanquer a répondu aux nombreuses polémiques sur la commande d’autotests pour la rentrée scolaire 2021.

Restez informée

Jean-Michel Blanquer est clair : “Il n’y a aucune polémique à faire”. À la veille de la rentrée scolaire du jeudi 2 septembre 2021, la prudence est de rigueur. Pour éviter un nouveau confinement et l’école à la maison, tout en protégeant les élèves français et leurs enseignants, le ministre de l’Education nationale a passé commande de 64 millions d’autotests pour 245 millions d’euros dépensés. Des chiffres relayés par nos confrères de RTL et BFMTV qui en agacent plus d’un.

Interrogé à ce sujet sur France Interle mercredi 1er septembre 2021, Jean-Michel Blanquer est revenu sur les nombreux débats lancés autour de l’utilité de ces kits. Et notamment, sur les 26 millions de tests qui ont été distribués aux personnels et aux lycéens. “Il n’y a aucune polémique à faire, a-t-il commencé par assener. Avant qu’on les ait, la polémique c’était : ‘Pourquoi vous n’avez pas d’autotests? Pourquoi vous n’en achetez pas?’”. Autant d’interrogations auxquelles il a répondu : “On en a acheté massivement, nous en sommes fiers et ça a été très utile”.

Jean-Michel Blanquer ne veut pas de “gachis” d’autotests

À son tour, le journaliste et animateur Nicolas Demorand l’a interpellé : “Pourquoi nous restent-ils sur les bras ?” Là encore, le ministre a rétorqué avec assurance : “Ils ne nous restent pas sur les bras”. Avant d’ajouter : “Nous en avons rendus à des institutions qui en avaient besoin. Donc aucun gâchis, aucun gaspillage, au contraire il y a de la prévision, il y a les autotests dont nous avons besoin”.

Quant aux prix des tests antigéniques, il a assuré qu’ils resteront gratuits pour les collégiens et les lycéens “à partir du moment où il sera réalisé en milieu scolaire”. “J’ai une grande confiance pour le corps enseignant. On avait 78% des professeurs avec un schéma vaccinal complet et 11% ayant reçu une première dose”. Il a poursuivi en complétant : “On a une frange de 10-11% [de non-vaccinés] qui est en train de diminuer en ce moment et on va refaire une étude à la rentrée”. Jean-Michel Blanquer se veut donc optimiste et rassurant.

Source: Lire L’Article Complet