Restaurants clandestins : des avocats et chefs d'entreprise arrêtés à Saint-Ouen

Une soixantaine de clients et le gérant d’un restaurant clandestin ont été arrêtés vendredi 9 avril 2021 à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis. Selon un journaliste de BFMTV présent sur place à l’heure du déjeuner, les convives étaient attablés à l’intérieur du restaurant, sans distanciation sociale.

  • Pierre-Jean Chalençon

Après la polémique des dîners clandestins à Paris, un nouveau restaurant clandestin épinglé. Vendredi 9 avril, plusieurs dizaines de clients dont des avocats et des chefs d’entreprise ont été arrêtés à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis selon un journaliste de BFMTV, alors qu’ils déjeunaient dans un restaurant clandestin. Le restaurant était bien sûr censé être fermé à cause du contexte sanitaire. Une enquête a été ouverte et le gérant de l’établissement a été placé en garde à vue le jour même, avant de repartir. En tout, 62 clients ont été verbalisés d’une amende de 135 euros, avant de ressortir libres également.

Sur la chaîne d’info en continu, le journaliste qui était alors en reportage pour un autre sujet au même endroit, près du périphérique parisien porte de Saint-Ouen, raconte la scène : “J’ai repéré un manège de plusieurs personnes qui arrivent, plutôt bien habillées. Des hommes sont déposés en taxi, en moto-taxi, avec des berlines de luxe et des 4×4″.

“Faire comme si la Covid n’existait pas”

En façade, le restaurant est bien fermé, mais selon le journaliste, les clients entrent par le côté. Il poursuit son témoignage : “J’ai rencontré un livreur de champagne alors que les policiers commençaient à arriver (…). Le livreur me dit qu’il vient de Reims et que c’est habituel de livrer des cartons de champagne à Paris dans des restaurants toujours ouverts“.

À l’intérieur du restaurant clandestin, de la viande “de race” et des frites sont prêtes à être servies à la soixantaine de convives attabléssans aucune distanciation sociale” et sans masque, selon BFMTV. Les clients, en majorité des hommes dont des avocats au barreau de Paris et des chefs d’entreprise dans le bâtiment, confient : “On a joué, on a perdu. On a besoin de se retrouver, de boire des verres ensemble, de faire comme si la Covid n’existait pas“. Le groupe de copains, qui dit n’avoir jamais eu la Covid-19, explique qu’ils déjeunaient déjà ensemble il y a deux semaines, ce qui a mis la puce à l’oreille aux enquêteurs.

Source: Lire L’Article Complet