Romain Grosjean évoque son expérience de mort imminente : « Un moment où j’étais en paix avec moi-même »

Deux mois après le terrible accident qui a mis fin à sa carrière en F1, Romain Grosjean donne de ses nouvelles sur RTL. Et il raconte comment il s’est senti, au moment de voir la mort de tout près.

A propos de

  1. Romain Grosjean

Prisonnier des flammes pendant 28 secondes. Pour ce qui restera le dernier Grand Prix de sa carrière, au Bahreïn, Romain Grosjean aurait sûrement rêvé d’une autre sortie que ce terrible accident au volant de sa Haas, dont il est miraculeusement sorti vivant. Un tournant dans sa vie de pilote mais aussi sa vie d’homme, puisque le pilote franco-suisse a vécu une expérience de mort imminente au milieu des flammes, comme il le raconte à nouveau sur RTL.

Ça a été un moment où j’étais en paix avec moi-même, explique le mari de Marion Jollès, qui s’en est tiré avec des brûlures aux mains. Le corps se relâche presque un petit peu et… ouais, vraiment presque au bout à se relâcher, à se laisser aller, à être en paix avec soi-même, et à ne pas partir stressé ou tendu ou énervé. Je pense que pour mon cerveau c’était aussi un peu un bouton ‘reset’.” Ce qui a également marqué le pilote, c’est qu’il a donné un nom à la mort à laquelle il tentait d’échapper.

Sur le coup, je l’ai appelée Benoît, poursuit-il. Ça n’a aucun rapport avec qui que ce soit que je connais, vraiment. Vous savez, la mort, personne n’est revenu pour nous dire comment c’était. C’est une notion qu’on connait tous, avec laquelle on vit tous les jours. Mais ce n’est pas tous les jours qu’on se retrouve… Pour moi, je me suis retrouvé à 10 centimètres de la mort. J’ai besoin (…) de l’appeler et de la matérialiser“, détaille le pilote, que l’on verra dans le championnat Indycar en 2021 une fois ses brûlures aux mains soignées.

L’image de ses enfants

Au-delà de l’instinct de survie, Romain Grosjean raconte avoir trouvé la force de lutter en pensant à sa famille. Alors qu’il avait toutes les peines du monde à s’extraire de son cockpit en flammes, le pilote a vu apparaître l’image de ses trois enfants. “Jai dit ‘non, ce n’est pas possible (…) Il faut que je trouve une solution’“, se souvient-il. Des enfants qui ont lui d’ailleurs longtemps demandé pourquoi passer des heures à la salle de gym faisait partie de son travail. “En cas d’accident, il faut que le corps résiste. Depuis l’accident, ils ne me posent plus la question, je crois qu’ils ont compris“, conclut-il.

Crédits photos : Zuma Press/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet