Roselyne Bachelot : le jour où elle a gaffé sur la surdité de Jacques Chirac

En 2003, Roselyne Bachelot s’est retrouvée au coeur d’une polémique liée à l’état de santé de Jacques Chirac. Sur les ondes de RTL, celle qui était en poste au ministère de l’Ecologie avait assuré que le président portait un appareil auditif. Une petite bourde qui a eu de lourdes conséquences…

Il arrive que les politiques gaffent. C’est ce qui est arrivé à Roselyne Bachelot en novembre 2003. Invitée au micro de RTL, celle qui était ministre de l’Écologie et du Développement durable à l’époque a été interrogée sur un bruit de couloir qui circulait depuis les récentes révélations de L’Express sur la santé du président de la République : Jacques Chirac porte-t-il une prothèse auditive ? Sans grande hésitation, la mère de Pierre Bachelot a répondu en toute franchise : « Il me semble que oui. » Quelques heures plus tard, et alors que l’information commençait à être reprise dans les médias, le porte-parole du gouvernement l’a démentie : « Il n’en porte évidemment pas« , a assuré Jean-François Copé. Face à ces deux versions contradictoires, l’Élysée a tenté d’éteindre l’incendie : « Le Président n’est pas appareillé et s’il a testé un appareil, un jour, pour son confort, visiblement cela n’a pas été concluant. » Roselyne Bachelot, elle, est restée silencieuse. Mais le mal était fait…

La ministre de l’Écologie a en effet payé cher cette bourde commise en direct à la radio. À tel point que l’intéressée s’est mise à dos la famille de Jacques Chirac. « Claude ne l’appellera plus jamais, alors qu’elle l’avait choisie personnellement pour être la porte-parole de campagne de son père, en 2002. L’omerta s’est mise en place », a écrit Béatrice Gurrey dans son livre Les Chirac. Quant à Bernadette, l’épouse de Jacques Chirac, elle ne s’est pas gênée pour dire à Roselyne Bachelot qu’elle « en faisait de belles« . En plus des tensions avec la famille du chef de l’État, cet incident a eu des répercussions sur la carrière politique de l’ancienne ministre. En mars 2004, quelques mois seulement après cette bourde, Roselyne Bachelot a quitté son poste au ministère de l’Écologie : « Cette affaire m’a coûté mon poste au gouvernement« , a-t-elle estimé dans l’émission Retour vers le passé diffusée sur BFMTV en 2015. Depuis, l’intéressée a rebondi et évolué au sein d’autres ministères.

>> PHOTOS – Roselyne Bachelot : qui sont les membres de sa galaxie ?

Roselyne Bachelot a évoqué cette bourde dans un livre

Dans son livre La petite fille de la Ve paru en 2015 aux éditions Flammarion, Roselyne Bachelot est revenue sur cette histoire de sonotone, qui a bien failli devenir une affaire d’Etat à l’époque. « Toute la presse bruissait de la rumeur : le Président, qui devenait dur de l’oreille, était appareillé. Quelle affaire. Entre démentis grotesques et demis-aveux, l’Elysée a atteint le sommet du ridicule », a-t-elle raconté. Et de revenir sur sa bourde : « Je n’ai pas réalisé, sur l’instant, que je mettais à mal une stratégie savamment échafaudée par l’entourage du Président afin de rendre possible un troisième mandat« , a-t-elle confié.

Crédits photos : BEST IMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet