Sébastien Boueilh victime d’inceste : les confidences poignantes de l'ex-rugbyman

Sébastien Boueilh, abusé sexuellement lorsqu’il était enfant, tourne un téléfilm adapté de son autobiographie, Colosse aux pieds d’argile, avec Éric Cantona pour TF1. Dans les colonnes du Parisien en kiosque samedi 13 novembre 2021, l’ex-rugbyman livre un témoignage déchirant.

  • Eric Cantona

Sébastien Boueilh libère la parole des enfants victimes de crimes sexuels. Violé de 12 à 16 ans par le mari de sa cousine, l’ancien rugbyman sensibilise les jeunes aux violences sexuelles et au harcèlement en milieu sportif, à travers son association Colosse aux pieds d’argile. En 2020, il a également publié une autobiographie du même nom, dont une adaptation sera diffusée sur TF1 en 2022. Nos confrères du Parisien se sont rendus sur le tournage du téléfilm qui se termine mardi 16 novembre 2021, à Dax dans les Landes. Le footballeur et acteur Éric Cantona incarne le personnage principal.

L’une des scènes est particulièrement bouleversante, et réveille en Sébastien Boueilh de douloureux souvenirs. Il s’agit du jour où il a révélé à ses parents qu’il avait subi des viols étant enfant. « Je sais pas s’il faut que je la regarde celle-là », a réagi l’auteur sur le plateau de tournage, cité par Le Parisien en kiosque samedi 13 novembre 2021. Et de confier, à cœur ouvert : « Cette scène-là, je n’ai pas hâte que mon père la voie. Il était vraiment dans cet état. Aujourd’hui encore, il me fait beaucoup de peine, parce qu’il est toujours dans la culpabilité, comme beaucoup de parents. » Dans la séquence en question, André Marcon, qui prête ses traits au père de Sébastien Boueilh, s’exclame : « J’ai rien vu, bordel de Dieu. » Puis, il quitte la pièce pour aller chercher un fusil dans la grange. L’époux de Rachida Dati, qui campe le rôle de Sébastien Boueilh, l’en empêche et se met à genou pour le consoler.

« C’est un film qui va sauver des vies »

Sébastien Boueilh espère que son téléfilm fera bouger les lignes. « Certaines fédérations ne saisissent pas l’opportunité quand les victimes parlent. On pourrait aller beaucoup plus loin », déplore-t-il dans les colonnes du Parisien. Et de déclarer : « C’est un film qui va sauver des vies. Je n’ai pas eu cette chance, il y a 15 ans. » Avec Colosse aux pieds d’argile, la victime d’actes pédocriminels souhaite montrer qu’« on peut s’en sortir, malgré 4 années de viols, 18 années de silence et de destruction ». Et de conclure : « Une victime, ça ne pleure pas toute sa vie. Ça peut refaire sa vie, être joyeux. » Un beau message d’espoir…

Source: Lire L’Article Complet