"Secret Story" : une ancienne candidate parle des violences conjugales qu’elle a subies quand elle était enceinte

Dans une interview parue dans le magazine Public en kiosque le 20 novembre 2020, Cindy Lopes, ancienne candidate de Secret Story, a confié avoir été victime de violences conjugales alors qu’elle était enceinte.

Restez informée

Cindy Lopes a décidé de sortir du silence. Après plusieurs années sans en avoir dit un mot, l’ancienne candidate de Secret Story a révélé au magazine Public avoir été victime de violences conjugales par son ancien compagnon, et père de ses deux enfants. Cindy Lopes était en couple avec un dénommé Maxime de 2015 à 2018. Un homme qui lui portait régulièrement des coups.Je me serais bien barrée mais il ne voulait pas que je parte“, a déclaré la jeune femme, qui avait pourtant déposé une plainte contre l’intéressé : “J’étais enceinte de sept mois. Il m’avait attaqué alors qu’on était en voiture. Je suis sortie avec notre fille et je me suis réfugiée chez moi. Il a tout défoncé : l’interphone, la porte … Il est resté 48 heures en garde à vue“. Des faits d’une gravité sans nom, qui ne lui ont, paradoxalement, pas permis d’obtenir gain de cause. Et ce, même si les coups lui ont été portés alors qu’elle était en fin de grossesse. “Ma plainte a été classée sans suite, faute de preuve. Pourtant c’est un récidiviste, c’est dans son casier judiciaire“, a-t-elle révélé.

Cindy Lopes interpelle Marlène Schiappa

Constatant une recrudescence d’affaires similaires à la sienne, Cindy Lopes a décidé de profiter de sa popularité pour interpeller la ministre chargée de la Citoyenneté : “Les femmes battues ne sont pas assez protégées ! Que Marlène Schiappa arrête de dire que nous aidées. Nous sommes en danger“. Des propos d’autant plus importants sachant qu’une hausse du nombre de cas de violences conjugales a été constatée durant la période de confinement. Mais même si la mère de famille a décidé de rendre cette affaire publique, elle reste tout de même très marquée par la souffrance qui lui a été infligée.J’ai honte d’avoir subi ça parce que les gens ont de moi une image de femme forte”, a-t-elle tristement avoué, avant de reconnaître être partie pour protéger ses deux enfants : Stella, 3 ans, et Raphaël, un an.

Source: Lire L’Article Complet