Statue de Johnny Hallyday : une énième polémique embarrassante pour Anne Hidalgo

La statue en hommage à Johnny Hallyday qui sera inaugurée en septembre prochain n’en finit plus de faire débat. Après la colère des écologistes, contre l’idée de représenter le Taulier sur une Harley Davidson, certains se sont plaints des coûts liés à l’entretien d’une telle oeuvre.

Anne Hidalgo se serait bien passé de cette polémique. Après la déroute aux régionales et les tensions autour de sa potentielle candidature à la prochaine élection présidentielle, la maire de Paris se retrouve assaillie par les critiques, à cause cette fois d’une statue en hommage à Johnny Hallyday. Le 14 septembre prochain, un concert aura lieu pour honorer la mémoire du Taulier, mais également pour inaugurer une statue à son effigie, devant le parvis de AccorHotels Arena où Johnny a donné plus de 100 représentations. Pour l’occasion, le sculpteur Bertrand Lavier a voulu imaginer le chanteur dans son élément, c’est-à-dire sur une Harley Davidson, dont il était un fan absolu.

Une oeuvre de 6 mètres de haut qui n’a pas convaincu les écolos, qui ont levé la voix pour interdire le projet. Emmanuelle Pierre-Marie, la maire EELV du XIIe arrondissement, avait dénoncé une œuvre qui “semble davantage honorer une certaine marque de motos que Johnny Hallyday lui-même, dans une forme de pied de nez à certaines des politiques que poursuit notre majorité”. De nouvelles problématiques ont également été soulevées sur les coûts de cette oeuvre, notamment par Raphaelle Primet, élue communiste, qui a évoqué un “cadeau empoisonné“. Elle s’est en effet demandée si “la mairie payera les frais d’installation, de pose et d’entretien” de la sculpture car “dans le dossier remis aux élus, rien n’est chiffré”.

Anne Hidalgo persiste et signe

Malgré les critiques, pas question pour la maire de Paris de mettre un terme au projet. Lors du débat de ce mercredi 7 juillet dans l’hémicycle du Conseil de Paris, la maire de Paris a déclaré : “J’ai eu la chance de connaître cet homme (…) Je me réjouis de voir que grâce au don que fait l’artiste Bertrand Lavier, nous puissions accueillir cette œuvre”. Puis d’ajouter, à l’attention des écologistes : “Oui, c’est une moto mais elle ne pollue pas, c’est une œuvre d’art. Ce matin, nous avons pris des décisions relatives au stationnement des deux roues motorisées mais ce n’est pas le même sujet du tout. C’est un objet qui symbolise cet artiste. Je vous invite vraiment à élever le débat, à ne pas nous caricaturer nous-même”.

Crédits photos : Pierre Vassal/Haytham / Pool / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet