Teddy Riner papa parfait ? Ses touchantes confidences sur ses enfants

Interviewé par L’Équipe, ce vendredi 7 janvier, Teddy Riner a fait de tendres confidences sur sa vie de père et sur ce que la naissance de ses deux enfants a changé dans son quotidien.

En avril 2014, Teddy Riner a connu les joies de la paternité pour la première fois avec la naissance de son fils Eden, fruit de son amour pour Luthna Plocus. Depuis octobre 2018, le couple a accueilli une petite fille, qu’ils ont choisi d’appeler Isis. Deux enfants qui ont bouleversé le quotidien du sportif et qui l’ont obligé à réorganiser sa vie. Interviewé par L’Équipe, ce vendredi 7 janvier, le judoka de 32 ans a expliqué comment il s’y prenait pour concilier sa carrière et accorder du temps à sa famille.

Celui qui estime avoir « la chance d’avoir une femme extraordinaire, qui gère vraiment bien tous les à-côtés et qui sait qu’il faut faire passer [s]a passion avant certaines choses » peut en effet compter sur sa compagne, qui « prend parfaitement le relais » avec leurs bouts de chou. Professionnellement, le fait d’être devenu papa est un véritable booster pour Teddy Riner. « La naissance de mon fils n’a rien changé sur le tapis, à part me donner encore plus de motivation », a-t-il affirmé, décidé à « encore gagner des médailles » et à « ne pas le décevoir ». Comblé avec sa famille, le sportif a reconnu que sans ses enfants, il ne « sai[t] pas s’[il] serai[t] encore dans le judo, à pratiquer ».

Découvrez Teddy Riner lorsqu’il a obtenu son 6e titre de champion du monde

Deux jeunes enfants déjà compétitifs dans l’âme

Père avant tout, Teddy Riner est toutefois catégorique : « Je ne louperais la naissance de mes enfants pour aucune compétition. Tu manques certains jours à cause de déplacements. Mais les plus importants, comme les anniversaires, hors de question. » De plus, le judoka peut se vanter du fait que ses enfants sont nés à des périodes qui ne coïncident pas avec les Jeux olympiques mais, quoi qu’il arrive, « si un troisième enfant se profile pour Paris 2024, [il fera] en sorte, avec Luthna, qu’il naisse le jour d’avant ou d’après la compétition ». Épanoui dans son rôle de papa, le sportif tient à transmettre le goût du sport à sa progéniture, et ce, dès qu’il le peut. « Je préfère les dévier de tout ce qui relève de la PlayStation et leur faire pratiquer des activités physiques plutôt que rester derrière un écran », a-t-il ajouté dans les colonnes de nos confrères, heureux de constater que ses deux bouts de chou « possèdent déjà » l’esprit de compétition, comme lui.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet