« Un désastre sanitaire » : le Dr Gérald Kierzek sort de ses gonds

Au lendemain de l’annonce d’Emmanuel Macron sur la nécessité d’une dose supplémentaire de vaccin pour les plus de 65 ans, et alors que la cinquième vague s’amorce, le Dr Gérald Kierzek étrille le gouvernement, dans un post Twitter.

Médecin urgentiste, chroniqueur santé et directeur médical de Doctissimo, le docteur Gérald Kierzek se montre perplexe face à la gestion de la crise sanitaire. Au lendemain de l’allocution d’Emmanuel Macron, annonçant que le pass sanitaire des plus de 65 ans resterait valide, seulement avec une troisième dose de vaccin, il s’est montré mitigé, dans les colonnes du Figaro : « Je suis très gêné qu’un rappel vaccinal s’impose comme une obligation (…) Sur la forme, désactiver le pass sanitaire des plus de 65 ans qui n’ont pas de rappel vaccinal est violent et s’apparente à une obligation. Le consentement est un droit des patients fondamental. »

Ce 22 novembre, l’urgentiste s’est insurgé sur son compte Twitter. À la suite d’une « alerte réserve sanitaire » lancée par Santé Publique France pour faire face au « désert médical » au centre hospitalier d’Ambert dans le Puy-de-Dôme, le docteur Gérald Kierzek est monté au créneau. « Alerte sanitaire ? Non @SantePubliqueFr, plutôt désastre sanitaire orchestré depuis des lustres… Mobiliser la réserve sanitaire pour pallier les manques d’effectifs » Peu après, Santé Publique France a lancé une nouvelle demande, cette fois pour la région des « Pays de la Loire ». Une requête que le médecin n’a pas hésité à partager sur son compte Twitter, avec ce message : « Deuxième demande de la journée ! Tout va très bien… »

Alerte sanitaire ? Non @SantePubliqueFr plutôt désastre sanitaire orchestré depuis des lustres….Mobiliser la réserve sanitaire pour pallier les manques d’effectifs… On en parlait dans @FigaroVox avec @azilizlecorre https://t.co/JFwBh4EKBH pic.twitter.com/gaYkgxyMUn

Gérald Kierzek, son cri du cœur face à la détresse des hôpitaux

Régulièrement invité sur les plateaux de télévision pour commenter la crise sanitaire, le docteur Gérald Kierzek a accepté de répondre aux questions de Gala, l’été dernier. L’occasion pour lui d’évoquer comment la crise sanitaire a mis en lumière le mal-être des centres hospitaliers français : « Nos directeurs ne sont pas des médecins, mais des financiers. Il faut rouvrir des hôpitaux, des maternités, rouvrir des lits, et pas qu’en réanimation. Arrêtons les technocrates à la tête des hôpitaux et du système de santé. » Un cri du cœur qu’il réitère aujourd’hui, alors que la cinquième vague s’apprête à frapper l’Europe.

Crédits photos : Capture d’écran TF1

Autour de

Source: Lire L’Article Complet