Vaccin Pfizer contre la Covid-19 : des cas de myocardite détectés

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a annoncé, lors de son dernier point de surveillance hebdomadaire des vaccins Covid, publié vendredi 30 avril 2021, que cinq cas de myocardites avaient été détectés chez des personnes qui s’étaient fait vacciner avec Pfizer.

Restez informée

Après AstraZeneca, les Français vont-ils se montrer méfiants envers le vaccin commercialisé par Pfizer ? Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qui publie chaque semaine un point de surveillance des vaccins contre la Covid-19, cinq cas de myocardites ont été détectés en France chez des personnes qui s’étaient fait vacciner avec Pfizer. Ces données publiées vendredi 30 avril 2021 n’apportent pas, “à ce stade, suffisamment d’éléments pour conclure sur un rôle du vaccin, mais constituent néanmoins un signal potentiel”, a toutefois tenu à souligner l’ANSM. Le comité de suivi de l’agence a décidé d’analyser de nouveau les données liées aux myocardites sur le territoire français après avoir reçu un signalement concernant des cas chez des jeunes hommes à qui l’on avait administré ce vaccin en Israël.

Mais il n’existe pour l’heure aucune remise en cause du rapport bénéfice/risque, d’autant plus que cette inflammation du myocarde est bénigne dans une grande majorité des cas. Ces effets secondaires feront tout de même “l’objet d’un suivi spécifique et seront partagés au niveau européen”, a fait savoir l’ANSM.

Des symptômes “attendus et non graves”

Sur plus de 13.660.000 injections réalisées au 22 avril 2021, seuls 16.030 cas d’effets secondaires indésirables ont été signalés après une vaccination avec Pfizer. Il s’agit, en grande majorité, de symptômes “attendus et non graves” : des douleurs à l’endroit où le produit a été injecté ou bien des maux de tête, comme le souligne Le Parisien vendredi 30 avril 2021. Des élévations de tension transitoires et des troubles du rythme cardiaque ont également été rapportés en février 2021. La Société Française d’Hypertension Artérielle (SFHTA) avait tenu à rassurer les Français dans un communiqué publié dimanche 14 février 2021 : “Malgré leur caractère bénin et transitoire, ces effets secondaires ont été largement relayés par les médias et pourraient générer une inquiétude illégitime auprès du grand public”, pouvait-on y lire.

Source: Lire L’Article Complet