Valérie Lemercier : cette humoriste avec qui on la confond « trois fois par semaine »

Ce mercredi soir, TMC a diffusé un documentaire inédit consacré à Valérie Lemercier. L’actrice est également à l’affiche du film Aline, dans les salles le 10 novembre prochain. Malgré ses nombreux succès sur scène et au cinéma, en tête desquels Les Visiteurs, la comédienne est souvent confondu avec une célèbre humoriste.

Valérie Lemercier fait partie de ses actrices très discrètes. Pourtant, la comédienne a décidé de se dévoiler dans le nouveau numéro de Gala et dans un documentaire diffusé ce mercredi 3 novembre sur TMC, Valérie Lemercier : Singulière. Un document inédit dans lequel l’actrice de 57 ans raconte son enfance, ses amitiés, ses succès mais aussi ses échecs, de quoi permettre au public d’en savoir un peu plus sur celle qui a tourné dans Le Petit Nicolas, Marie-Francine ou encore Palais royal. Le 10 novembre prochain, la comédienne sera à l’affiche du film Aline, un biopic sur la star de la chanson Céline Dion, dont la sortie avait été repoussée à cause de la crise sanitaire.

Alors quand nos confrères de Society lui demandent si on lui parle encore aujourd’hui des Visiteurs, elle répond du tac au tac : « Tout le temps ! On m’appelle Jacquouille. Bon, on m’appelle aussi Anne Roumanoff trois fois par semaine« , assure-t-elle. « C’est simple : comique brune du même âge avec des petits yeux, les gens font l’amalgame », explique-t-elle à nos confrères.

« Mais monsieur Houille, pas avec votre poncho ! »

Et quand Valérie Lemercier oublie sa carte d’identité, elle peut toujours compter sur le film qui l’a révélé au grand public : Les Visiteurs. En 1993, les Français la découvrent dans le rôle de Béatrice de Montmiral, une mère de famille bourgeoise à l’accent snobe, dont les répliques sont désormais cultes. « Je me rappelle, une fois, je devais recevoir les DVD des César, je n’avais pas mes papiers« , se souvient l’actrice avant de poursuivre : « Je me suis retrouvée dans l’entrée à refaire des scènes des ‘Visiteurs’ pour que le livreur se rende bien compte que c’était moi. Il était là, en train de monter ses quatre étages, et moi, je faisais ‘Mais monsieur Houille, pas avec votre poncho !’ et toutes les phrases des ‘Visiteurs’ pour qu’il me reconnaisse », raconte-t-elle dans Society. « Après je lui ai dit ‘Je suis désolée, j’ai pas ma carte d’identité’ et il a répondu ‘Oh, j’ai bien entendu que c’était vous’. Mais j’adore ce film, il me fait beaucoup rire », conclut-elle. Exactement le même effet que nous procure cette irrésistible anecdote !

Crédits photos : JACOVIDES-BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet