Valérie Karsenti : "C’est très dur d’être parent, on se culpabilise beaucoup"

Valérie Karsenti joue le rôle poignant d’une mère à la recherche de sa fille disparue, dans "La Fugue", de Xavier Durringer, diffusé le 6 janvier à 21h05 sur France 2. Entretien avec une actrice brillante et talentueuse…

Certaines scènes sont relativement difficiles. Le tournage était-il éprouvant ?
Valérie Karsenti : Vous savez ce qui est éprouvant sur les tournages ou les pièces ? C’est lorsque l’on tombe sur des c*nnards, des gens qui humainement sont pervers, ont des égos démesurés et nous empêchent de travailler. À cause de leurs problèmes personnels non résolus, ils nous entraînent dans leurs névroses. Je ne citerai pas de nom, mais j’ai déjà croisé de telles personnes. Le tournage de La Fugue, par contre, n’était pas éprouvant, car nous étions en harmonie avec l’équipe. On s’est beaucoup marrés entre les prises…  

“J’ai été une adolescente assez calme, je n’ai même pas fait de crise d’ado” 

Lorsque l’on joue la mère d’une fille en fugue, se plonge-t-on dans ses souvenirs d’enfance pour s’identifier un peu à Chloé ?
Valérie Karsenti : Personnellement, je n’ai pas vécu les traumatismes de Chloé. Il n’y a rien de près ou de loin qui me rappelle mon enfance. J’ai été une adolescente assez calme, je n’ai même pas fait de crise d’ado ! De l’adolescence, je garde des souvenirs d’une période très belle où l’on vibre et où l’on est exalté. Et puis à mon époque, il n’y avait pas les réseaux sociaux…

  • Coup de cœur pour LA FUGUE, le 6 janvier à 21h05 sur France 2 

    Découvrez notre coup de cœur télé, "La Fugue", de Xavier Durringer, dans lequel Valérie Karsenti incarne une mère désemparée par la disparition de sa fille Chloé. Bande-annonce de cette fiction captivante, à ne pas manquer, le 6 janvier sur France 2, à 21h05.

Votre personnage le dit : les adolescents d’aujourd’hui sont happés par les réseaux sociaux, il devient impossible de connaître certains pans de leur vie. Pensez-vous qu’il soit plus dur d’être parent en 2021 ?
Valérie Karsenti : Je pense que les relations entre parents et enfants sont de toute éternité. Je suis absolument certaine qu’il y a 150 ans, ils vivaient la même chose, avec d’autres mots, en ayant des paroles certes moins libres, mais ils n’en pensaient pas moins. Tout contrôler serait non seulement un leurre mais une erreur absolue. Je trouve qu’il est normal pour un adolescent de commencer à mener une vie un peu secrète en dehors de sa famille. On ne peut pas tout contrôler, et heureusement (rires) !

En tant que mère, vous êtes-vous reconnue dans votre personnage ?
Valérie Karsenti : Les rôles que je joue me renvoient rarement à ma vie. C’est très dur d’être parent, on se culpabilise beaucoup. Je prie pour qu’une telle situation n’arrive pas autour de moi, mais il n’y a pas de recette pour éviter cela, les parents sont rarement responsables de ces drames. J’essaie d’avoir une parole de confiance, de dire que je suis toujours là s’il y a un problème, de manière douce et apaisée. J’ai des doutes, comme chaque parent. Je traverse des périodes harmonieuses, de remise en question… Mais c’est merveilleux d’être mère.

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Ne manquez pas La Fugue, de Xavier Durringer, diffusé le 6 janvier à 21h05, sur France 2, qui sera suivi d’un débat thématique présenté par Julian Bugier.

Source: Lire L’Article Complet