VIDÉO – « Ça pourrait remonter début septembre » : Martin Blachier avertit chez Pascal Praud

Dans l’émission L’heure des pros, diffusée ce mercredi 7 juillet sur CNews, le médecin Martin Blachier a tenu à prévenir les Français qu’il y aura probablement une progression réelle de l’épidémie dès la rentrée prochaine, si la stratégie vaccinale ne fait pas suffisamment ses preuves.

Ce mercredi 7 juillet, Martin Blachier a fait une intervention dans l’émission L’heure des pros, diffusée sur Cnews. Le médecin épidémiologiste de 36 ans a donné son avis sur l’évolution de la crise sanitaire liée au Covid-19 et notamment sur la manière dont l’épidémie pourrait progresser en France, d’ici la rentrée prochaine. “On devrait avoir, effectivement, une ré-ascension un peu plus importante, et pas vraiment fin juillet”, a-t-il expliqué, en annonçant que le coronavirus pourrait circuler davantage “plutôt à la fin de l’été”, après la période des vacances.

“Nos simulations montrent que ça pourrait remonter sérieusement dès début septembre”, a précisé Martin Blachier, qui ne pense pas que dès la semaine prochaine il y aura 20 000 contaminations par jour. “Ça nous paraît très très rapide”, a-t-il réagi, en se faisant le porte-parole de ses confrères. “On est dans une grande incertitude, mais ce qui est sûr, c’est qu’on n’a pas un temps immense pour décider ce qu’on va faire. Donc il faut prendre des décisions qui sont toujours les mêmes, c’est-à-dire soit on y va plus fort sur l’incitation vaccinale, soit on est obligé de remettre certaines mesures restrictives”, a poursuivi l’intervenant de Pascal Praud, qui souhaite ainsi, comme la plupart des politiques au gouvernement, pousser une grande majorité de Français à se faire vacciner.

Une vaccination essentielle pour éviter une quatrième vague

D’ailleurs ce même-jour, Gabriel Attal a, lui aussi, évoqué la progression de l’épidémie au sein de l’Hexagone. Lors d’une conférence organisée à l’issue d’un conseil de défense, il a alerté sur le variant Delta, qui gagne du terrain et qui pourrait entraîner un sérieux risque de quatrième vague rapide”. “Dans ce contexte, le vaccin est une chance à saisir”, a rappelé le porte-parole de l’état, en soulignant que “grâce à la vaccination, nous avons une chance de maintenir au maximum le contrôle de l’épidémie”.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture écran CNews

Autour de

Source: Lire L’Article Complet