VIDEO « C’était affreux » : Benoît Poelvoorde hilarant en évoquant un grand moment de solitude aux César

En 2005, Benoît Poelvoorde est nommé aux César dans la catégorie meilleur acteur pour son rôle de Bernard Frédéric dans Podium. Très confiant, le comédien est persuadé d’être le vainqueur… Il va vite déchanter.

Benoît Poelvoorde

Benoît Poelvoorde est un conteur assez extraordinaire, et il l’a déjà prouvé à de multiples reprises. En septembre dernier, Invité dans une vidéo pour Konbini à se remémorer ses expériences cinématographiques les plus marquantes, Benoît Poelvoorde toujours très en forme s’est lancé dans une anecdote hilarante sur son pire souvenir de tournage. C’était sur le plateau de Comment je suis devenu super-héros, et l’acteur se remémore auprès de nos confrères un échange lunaire entre lui et un réalisateur où il est question de jouer une téléportation…

Podium, en 2004, doit par contre être un bon souvenir. Dans ce film réalisé par Yann Moix, Benoît Poelvoorde incarne un sosie de Claude François. Joli succès en salles, le film est nommé à cinq reprises aux César, dont le comédien dans la catégorie meilleur acteur. Ce jour-là, le Belge fait face à de redoutables comédiens, dont Daniel Auteuil et Gérard Jugnot. Mais c’est Matthieu Amalric, pour sa performance dans Rois et Reine, qui est récompensé. Une véritable surprise pour Benoît Poelvoorde.

“J’étais sûr de moi”

Le comédien l’avoue très honnêtement : il était “certain” de remporter le César du meilleur acteur. Il se trompait. “C’était affreux parce que j’y croyais vraiment, se souvient le comédien, invité de l’émission 6 à la maison. Ce qui était terrible, c’est que les caméras se déplacent sur les rangées des prétendants. Et tu vois la caméra se déplacer bien avant que le prix soit annoncé…”. Ce soir-là, la caméra semble effectivement se placer pour filmer Benoît Poelvoorde. Un très bon signe.

Sauf que l’acteur n’avait pas remarqué qu’il était dans le même axe que… Matthieu Amalric, finalement appelé à sa place. “J’étais un peu sûr de moi”, avoue Benoît Poelvoorde. “Je commence à enlever mon chewing-gum, je m’apprêtais… C’était sûr… Je ne regarde pas que dans le même axe, il y a cet horrible acteur dont je ne citerai plus jamais le nom, et qui ne le mérite même pas”, plaisante-t-il, avant de conclure : C’était épouvantable… Au moment où ils ont dit son nom, dans ma tête, ça a duré… C’était au ralenti comme dans les films ! J’ai vu la caméra me dépasser, me pousser du coude, et j’ai su que c’était fini”. Une anecdote à voir en vidéo, racontée par Benoît Poelvoorde avec sa malice habituelle.

Source: Lire L’Article Complet