VIDÉO – “Connard !” : Yannick Noah, cette remarque raciste qui le laisse sans voix

Invité sur le plateau de “C à vous” (France 5) dans la soirée de ce vendredi 13 mai, Yannick Noah est revenu sur sa carrière sportive, mais aussi sur son parcours dans la musique en évoquant une interview qui l’a marqué à tout jamais.

Le dépassement de soi. Sur le plateau de C à vous, dans la soirée de ce vendredi 13 mai, Yannick Noah est venu faire la promotion de son documentaire Yannick Noah, le sens de la gagne, qui sortira sur Amazon Prime le 20 mai prochain. L’occasion pour l’ancienne vedette de la terre battue de revenir sur ses échecs, mais aussi sur ses réussites, lui qui n’a jamais reculé devant les épreuves de la vie. Il a ainsi évoqué le succès du tube Saga Africa qui a fait bouger l’Hexagone en 1991. Des débuts prometteurs moqués à l’époque par Philippe Bouvard, le journaliste ayant fait une remarque très déplacée au chanteur novice que celui-ci n’a toujours pas digéré aujourd’hui : “Connard !”, a-t-il fustigé au micro d’Anne-Élisabeth Lemoine.

Dans l’archive diffusée, les téléspectateurs ont ainsi découvert le jeune Yannick Noah, visiblement ravi de parler de ses premiers pas dans la sphère musicale. “Vous devez avoir du rythme personnellement”, lui avait alors indiqué Philippe Bouvard, plein de sous-entendus. “Je suis tellement mal à l’aise quand je me vois. Je vois encore très bien ces gens en train de ricaner, car je ne suis pas dans mon monde”,s’est désolé le papa du mannequin Jenaye Noah auprès de nos confrères. Et d’ajouter : “Je me suis dit : ‘je vais mettre le paquet pour le faire passer pour un con.

>> PHOTOS – Yannick Noah : voici les femmes qui ont marqué sa vie

Yannick Noah : son cruel surnom à l’école

Des propos de ce genre, Yannick Noah en a entendu depuis sa tendre enfance. En novembre 2020, dans un entretien accordé à l’émission La Face Katché, diffusée sur Yahoo, il avait évoqué son retour en France à l’âge de 12 ans après avoir passé la première partie de son enfance au Cameroun, pays dont est originaire son père. Devenu “le premier black” de sa classe, comme il s’est qualifié, l’interprète d’Aux arbres citoyens a subi les moqueries de ses petits camarades qui le surnommaient “Bamboul”.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Capture d’écran C à vous / France 5

Autour de

Source: Lire L’Article Complet