VIDÉO – “J’en dormais pas la nuit” : Mireille Mathieu terrorisée à l’idée de rencontrer Elizabeth II

Ce dimanche 4 décembre, Mireille Mathieu était l’invitée de Vivement dimanche, sur France 3. En se replongeant dans les archives de sa carrière, la chanteuse s’est rappelé sa première rencontre avec Elizabeth II.

Mireille Mathieu s’est produite dans le monde entier, de la Chine à l’Angleterre, en passant par la Russie. Outre-Manche, l’artiste de 76 ans a eu le privilège de rencontrer à trois reprises la regrettée Elizabeth II. Des moments à tout jamais gravés dans la mémoire de l’interprète de Mille colombes, comme elle l’a indiqué sur le divan rouge de Vivement dimanche (France 3), ce 4 décembre : “Ma vie est un conte de fées, c’est vrai. Et dans les contes de fées, il y a toujours une reine. Alors, quand on m’a dit que j’allais chanter devant la reine d’Angleterre, c’était terrible, j’en dormais pas la nuit, je me disais : ‘Comment je vais faire, c’est une vraie reine!’”

Fort heureusement, Mireille Mathieu a bien été accompagnée lors de sa première entrevue avec la mère du roi Charles III. L’écrivain Jacques Chazot lui a alors fait un panorama des us et coutumes de la Couronne britannique et lui a ainsi appris à faire la révérence, puisque les dames saluent Sa Majesté d’une brève génuflexion, le pied droit derrière le talon gauche, la tête inclinée vers le bas, quand ces messieurs peuvent se contenter d’une légère inclination de la tête vers le bas. Une autre vedette a également aidé celle qui a été décorée de la Légion d’honneur en 1999 : “J’ai été présentée par Leslie Caron parce qu’on était ensemble sur scène et on a chanté à la fin God Save the Queen, c’était extraordinaire”, a expliqué la chanteuse au micro de Michel Drucker.

>> PHOTOS – Mireille Mathieu : sa célèbre au coupe au bol n’a pas été sa seule coiffure !

Mireille Mathieu peinée par la disparition d’Elizabeth II

Le 8 septembre dernier, Elizabeth II s’est éteinte à l’âge de 96 ans. Nombre d’artistes s’étaient alors exprimés pour lui rendre hommage, à l’image de Mireille Mathieu. “Je vais encore pleurer devant mon poste de télévision pour les obsèques de la reine. Le jour de sa disparition, j’ai pleuré, bien sûr. Il pleuvait sur Londres, on aurait dit que le ciel était triste, qu’il était en larmes, qu’il représentait l’émotion du peuple britannique”, a-t-elle confié à La Provence le 19 septembre dernier. Et d’ajouter : “Il n’y en aura plus comme elle. Comme tout le monde, comme dans toutes les familles, elle a eu des hauts et des bas. Mais elle a été reine jusqu’au bout. Et si les Britanniques l’aiment autant, c’est parce qu’elle a fait beaucoup pour eux. Le jour de sa disparition, j’ai eu une pensée pour ses enfants.

Article écrit en collaboration avec 6Médias

Crédits photos : Capture d’écran Vivement dimanche / France 3

A propos de

  • Abonnez-vous à vos stars préférées et recevez leurs actus en avant première !

  • Mireille Mathieu

  • Elizabeth d’Angleterre

À découvrir en images

PHOTOS – Mireille Mathieu : sa célèbre au coupe au bol n’a pas été sa seule coiffure !

C’est une figure inscrite profondément dans l’inconscient collectif des Français. Mireille Mathieu est une voix, mais au moins tout autant une coupe de cheveux. Une coupe au bol noire, gonflée et retombant sur le bas de la nuque, que la chanteuse arbore depuis ses débuts en 1965. Ou presque.

Intemporelle, la chanteue en dans l’actualité pour son duo posthume avec Arno, décédé en avril dernier. Mireille Mathieu et le regretté chanteur belge avaient enregistré ensemble une version reggae de La Paloma, dévoilée en septembre.

La carrière de Mireille Mathieu début en 1965 et décolle dès l’année suivante grâce à sa chanson « Mon Credo », son premier succès national. À l’époque, l’Avignonnaise affiche un carré très court, qui laisse encore apparaître ses oreilles.

La chanteuse se fait remarquer dès 1962, année où elle se présente au concours local « On chante dans mon quartier » organisé par la ville d’Avignon. Mireille Mathieu termine deuxième, derrière Michèle Torr. Elle participe à nouveau en 1964 et remporte le concours avec son interprétation de « La vie en rose » d’Edith Piaf.

Autour de

Source: Lire L’Article Complet