VIDEO – Laurent Ruquier dézingué chez Pascal Praud : « Tout ça avec mon pognon ! »

Sur le plateau de L’Heure des pros, ce lundi 4 octobre, Élisabeth Lévy a taclé Laurent Ruquier et son orientation politique, qu’il n’hésite pas à divulguer, notamment dans On est en direct.

Samedi 2 octobre, Laurent Ruquier avait invité Jean-Luc Mélenchon sur le plateau d’On est en direct. Au cours de la soirée, le présentateur télé a vivement conseillé à l’homme politique de se rallier à plusieurs autres candidats pour augmenter ses chances de l’emporter lors de l’élection présidentielle de 2022. Des propos qui n’ont pas plu à tout le monde, semble-t-il. Dans l’émission L’Heure des pros, diffusée ce lundi 4 octobre sur CNews, Élisabeth Lévy a poussé un coup de gueule contre l’animateur des Enfants de la télé et des Grosses Têtes.

« Laurent Ruquier est animateur d’une émission culturelle sur le service public », a d’abord rappelé la chroniqueuse, tandis que Pascal Praud a assuré qu’une autre personne travaillant sur France Inter, ou une autre chaîne de télévision du service public et qui oserait donner de tels conseils politiques, serait « virée le lendemain ». Élisabeth Lévy a ensuite profité de l’occasion pour reprendre la parole et évoquer le cas d’Éric Zemmour, taclé ouvertement à l’antenne. Pour elle, qu’il soit « accusé d’être un vampire » à la télévision par Laurent Ruquier, mais aussi d’être « un microbe », selon ses termes, « n’est pas convenable ». « C’est la rhétorique fasciste de traiter ses adversaires de microbes (…) Si Pascal traitait quelqu’un de gauche de virus, je vous dis que vous auriez des manifs », a-t-elle assuré, en reprochant au présentateur d’On est en direct de se « comporter comme le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon ».

Un service public ouvertement critiqué

« Il lui dit que : ‘Pour que les gens arrêtent de souffrir, il faut faire gagner la gauche’. C’est le camp du bien », a-t-elle critiqué en ajoutant : « Et tout ça, avec mon pognon ! » « J’en ai ras-le-bol de financer cette propagande », a lâché la chroniqueuse. Pascal Praud, pour sa part, a regretté le fait que ce soit « toujours du même côté sur ce service public. » « Il y en a ras-le-bol de nos jours », a balancé le présentateur télé, pas du tout convaincu par les programmes notamment proposés par le groupe France Télévisions. « Il y a un moment, il va falloir le privatiser », a-t-il estimé, en répétant que celui-ci véhicule bel et bien une « propagande ». Selon lui, la matinale de France Inter, notamment, est « faite par des gens qui ont une orientation politique de gauche ».

Crédits photos : Capture écran CNews

Autour de

Source: Lire L’Article Complet