Yvan Attal : sa sortie polémique sur la libération de la parole et la notion de consentement

Yvan Attal était invité mercredi 24 novembre 2021 sur le plateau de Quotidien à l’occasion de la sortie du nouveau film qu’il réalise Les Choses humaines. Face à Yann Barthès, il s’est exprimé sur la libération de la parole et sur la notion de consentement, mais ses propos n’ont pas fait l’unanimité.

  • Yvan Attal
  • Charlotte Gainsbourg

Mercredi 1er décembre 2021 sortira le film Les choses humaines réalisé par Yvan Attal. Ce dernier est inspiré du roman de Karine Tuil qui raconte l’histoire d’un jeune garçon qui est accusé d’avoir violé une femme. S’ensuit alors une série de rebondissements qui va confronter les deux versions car l’accusé l’affirme, la victime supposée n’a fait cela que dans un désir de vengeance. Un film puissant et dans lequel le réalisateur a décidé de mettre sa famille à l’honneur puisque dans ce dernier, son fils Ben Attal et sa compagne Charlotte Gainsbourg ont un rôle important.

Pour préparer ce film qui se passe une bonne partie dans une salle d’audience, Yvan Attal est allé passer plusieurs heures dans une salle d’audience lors d’un procès pour viol. Des moments douloureux qui n’ont pas toujours été facile à supporter. Un sujet qui permet également de remettre au cœur de l’actualité les questions de consentement dont on parle beaucoup aujourd’hui mais aussi de toutes les affaires qui éclatent sur les réseaux sociaux comme il l’a confié sur le plateau de Quotidien mercredi 24 novembre 2021 : « En lisant le livre, je me suis rendue compte qu’il était difficile de juger. On voit des gens qui jugent à l’emporte-pièce. On ne peut juger des affaires qu’au tribunal », assure-t-il.

« Comment pouvons-nous nous, derrière notre ordinateur juger les gens en quatre secondes ? »

Yvan Attal poursuit ensuite : « J’avais envie de dire que ces histoires (de viol, ndlr) sont tellement complexes qu’elles ne peuvent être jugées qu’au tribunal et pas dans les médias ou les réseaux sociaux. Si les magistrats, les avocats ont besoin de trente mois de travail pour comprendre et juger une affaire, comment pouvons-nous nous, derrière notre ordinateur juger les gens en quatre secondes ? Ça, ça m’a beaucoup intéressé. » Il s’est ensuite confié sur la notion de consentement : « Ça raconte aussi que le sexe, c’est social et culturel. On n’a pas tous le même désir et ça rend difficile les choses, car on a tous une morale différente. Pour moi le consentement, il n’y a pas de question. Mais avec le film on peut se rendre compte qu’il y a des affaires qui peuvent être différente et un peu plus complexe quand on prend en compte un certain nombre de choses. Personne n’a envie d’une relation pas consentie. Mais il y a des moments un peu plus complexes. »

Des propos qui n’ont pas fait l’unanimité. Sur Twitter, les internautes ont été nombreux à réagir sur le sujet : « Yvan Attal commence la promo sur son film Les choses humaines sur le viol et le consentement sur le plateau de Quotidien en taclant le mouvement de libération de la parole des victimes sur les réseaux sociaux. C’est la première chose qu’il évoque, la première », « Bien sûr, le consentement, mais…Alors non, il n’y a jamais de ‘Mais’ Yvan Attal », « Yvan Attal a détruit son film sur Quotidien, qu’elle catastrophe de tenir un tel discours ». D’autres ont en revanche compris ce que voulait exprimer l’acteur : « L’intervention d’Yvan Attal est très émouvante, très vraie, tout est dit. Le sexe revêt de multiples facettes », « Chaque cas doit être étudié. Ne pas mettre tous les mecs dans le même sac. Yvan Attal en a superbement parlé ce soir dans Quotidien. On ne juge pas sur un réseau en 5min ce qui prend 30 mois à être instruit par la justice. »

Après tous les mouvements lancés sur les RS par des victimes parce que c’était leur DERNIER recours pour être écoutées et pour obtenir justice : ce discours est écoeurant. Yvan Attal vous nous vomissez a la figure. C’est un coup de couteau à chaque fois. Je suis épuisée

Immonde Yvan Attal.
Quelle ignominie envers les femmes et toutes les victimes de viol…
Tout simplement à vomir ! https://t.co/MSBjNSXHze

Hallelujah 🙏
« On ne peut juger d’une affaire qu’au tribunal »#YvanAttal #Quotidien

Dans ce cas précis, l’intervention de Yvan Attal était sur le consentement. Il venait présenter son film (que j’aimerais beaucoup voir !) et répondait à une question de Maïa. C’était vraiment intéressant. 😉

Source: Lire L’Article Complet