Zabou Breitman : "Dans 'Le Diable au cœur' j’ai quelques scènes intimes un peu trash"

Le confinement n’a pas altéré le dynamisme de cette artiste entreprenante qui sera prochainement à l’affiche du Diable au cœur sur France 2.

Après le succès de La Dame de chez Maxim qu’elle mettait en scène, Zabou Breitman travaille actuellement sur son prochain spectacle. Mais avant cela, le public pourra la retrouver à l’écran le 9 décembre dans Le Diable au cœur sur France 2. Elle y incarne la directrice d’une agence de liberté conditionnelle qui, en succombant au charme vénéneux d’un jeune voyou, met en danger sa vie, son couple et sa relation avec son fils.

Un personnage sous tension pour la comédienne qui, à partir du 12 décembre, sera aussi présidente du jury du Festival des Arcs, Hors Piste ! Avant d’être visibles en salles dès la réouverture, les films de la programmation, dont l’intégralité de la compétition et une sélection d’avant-premières (des docs sur Greta Thunberg ou Helmut Newton, A Good Man, avec Noémie Merlant…), seront disponibles sur le site (1) de la manifestation au tarif de 4 euros la séance ou 25 euros en accès illimité.

Un thriller “très bien tenu et chorégraphié”

Madame Figaro. – Être présidente du Festival des Arcs en ligne, c’est créer du lien ?
Zabou Breitman.
– Oui, mais c’est aussi garder les festivals en vie, ne rien lâcher, apporter du cinéma chez les gens à travers des projections digitales ou des master class (Jérémie Rénier, Éric Toledano et Olivier Nakache…, NDLR). J’aurais préféré aller manger une raclette aux Arcs après avoir vu de beaux films en salles mais, selon la devise de Sarah Bernhardt, faisons-le «quand même» ! J’adore l’idée d’être présidente du jury : ce n’est pas seulement donner son avis, c’est aussi distribuer la parole pour que les plus réservés soient entendus.

Le 9 décembre, vous serez dans Le Diable au cœur sur France 2.
J’ai lu le scénario d’une traite, emportée par le suspense de ce thriller psychologique très bien tenu et chorégraphié. C’était assez difficile à jouer, mais nous avions une vraie complicité avec Maxence Danet-Fauvel, qui incarne mon amant et avec lequel j’ai quelques scènes intimes un peu trash. J’étais aussi rassurée par la présence de Félix Lefebvre, mon fils à l’écran. Avant qu’il n’explose dans Été 85 (2020), de François Ozon, je l’avais fait tourner dans ma série Paris, etc. C’est un acteur et un jeune homme exceptionnel.

Vous jouez peu chez les autres. Qu’est-ce qui vous décide ?
Qu’on m’envoie des scénarios ! Des metteurs en scène me l’ont dit : ils pensent que je suis trop prise par mes projets… Mais, les gars, essayez quand même ! Aujourd’hui, on pense davantage à moi pour réaliser et mettre en scène. Métier dans lequel je m’étais justement lancée parce que les rôles étaient de moins en moins intéressants.

En vidéo, un extrait de “Paris, etc.”

“Je suis bouleversée par la terreur des gens”

Comment avez-vous occupé votre confinement ?
Je fabrique un seule-en-scène sur la poétesse et scénariste Dorothy Parker, que je devrais jouer en janvier au Théâtre de la Porte Saint-Martin, à Paris… Si tout va bien. Une femme rare, engagée, qui a légué tous ses biens à une association de défense des droits civiques. Elle a toujours fait partie de ma vie : mes parents étaient très féministes et m’ont transmis les écrits de cette artiste visionnaire qui, déjà, se battait pour la parité et la diversité, mais avec un humour caustique qui me correspond. Parler d’elle fait écho à ce que nous vivons.

Dans quel état d’esprit êtes-vous sur le sort réservé à la culture ?
Je suis en colère contre le virus. Mais, comme l’a justement dit François Cluzet, arrêtons de nous substituer au ministre de la Culture ou de l’Économie dans nos prises de parole. Je suis bouleversée par la terreur et le désespoir des gens qui pourraient tout perdre, mais je refuse d’être dans le jugement permanent. Et si la culture me semble fondamentale, la santé doit rester la priorité.

Le Diable au cœur , de Christian Faure, le 9 décembre, à 21 h 05 sur France 2.

(1) lesarcs-filmfest.com

Source: Lire L’Article Complet