Acheter ou louer : quelles sont les aides pour se loger

Accédants à la propriété, locataires, salariés en mobilité, jeunes… voici toutes les pistes à connaître pour réduire le poids du logement dans votre budget.

Restez informée

Hausse des prix de l’immobilier et des loyers, progression du coût de l’énergie et des charges… En quelques décennies, les dépenses de logement ont explosé, et représentent aujourd’hui en moyenne 20 % du budget des foyers français (propriétaires et locataires confondus), soit leur poste de dépenses le plus important. Tour d’horizon des principaux dispositifs dont vous pouvez bénéficier pour alléger cette dépense contrainte.

Devenir propriétaire

Un prêt sans intérêts. Achat d’un terrain pour faire construire, acquisition d’un logement neuf, d’un logement social existant, d’un logement ancien à condition d’y effectuer d’importants travaux… Le prêt à taux zéro (PTZ) est accordé aux personnes achetant leur première résidence principale, sous certaines conditions : plafonds de ressources, situation géographique du logement… Le prêt peut couvrir jusqu’à 40 % du coût total de l’opération, dans la limite de plafonds variant de 100 000 à 345 000 €. Infos sur servicepublic.fr et anil.org.

À noter. Certaines grandes villes comme Paris, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Brest… et quelques établissements bancaires (LCL, certaines caisses du Crédit Mutuel et du Crédit Agricole…) peuvent compléter la mesure avec leur propre PTZ.

Jusqu’à 40 000 € à 0,5 %. Salarié(e) d’une entreprise du secteur privé non agricole employant au moins dix salariés, vous pouvez peut-être prétendre au prêt accession d’Action Logement, accordé sous conditions de ressources pour une construction, un achat dans le neuf ou l’ancien, au taux de 0,5 % (hors assurance obligatoire), sans frais de dossier ni caution. Plafonné à 40 000 € et 40 % du coût total de l’opération, ce prêt peut être remboursé en vingt-cinq ans.

À savoir. Les salariés du secteur agricole ont, eux, droit au prêt Agri-accession. Renseignements au 0970 800 800 et sur actionlogement.fr.

Un financement à 100 %. “Octroyé sous conditions de revenus pour financer l’acquisition ou la construction d’une résidence principale, le Prêt d’accession sociale (PAS) est garanti par l’Etat, explique Frédérique Maufay-Coutarel, responsable du pôle Crédits à la Banque Postale. Et contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, un ménage sur deux peut y prétendre.” D’une durée de cinq à vingt-cinq ans, le PAS peut financer la totalité de l’opération (à l’exception des frais de dossier, d’hypothèque et de notaire), et se cumuler avec un PTZ, un prêt Action Logement ou encore un éco-PTZ pour les travaux de rénovation.

À savoir. Le PAS est distribué par les banques ayant signé une convention avec l’Etat, à des taux comparables à ceux des prêts bancaires classiques. Il est même possible de faire jouer la concurrence…

Revenu maximal pour profiter d’un prêt d’accession sociale

Payer son loyer et ses charges

Trois allocations de la CAF. L’aide personnalisée au logement (APL) est versée aux personnes seules ou en couple avec ou sans personne à charge, résidant dans un logement conventionné (loyers plafonnés). L’allocation de logement à caractère familial (ALF) et l’allocation de logement à caractère social (ALS) s’adressent, elles, aux personnes isolées ou en couple, locataires d’un logement non conventionné, avec une ou plusieurs personnes à charge (ALF), ou sans (ALS).

À savoir. Le montant de ces aides varie en fonction de vos ressources, du montant du loyer et de la localisation du logement. Infos sur caf.fr et msa.fr.

Vérifiez le montant de votre APL. Son mode de calcul vient de changer et prend désormais en compte les revenus des douze derniers mois. Vos allocations seront en principe réactualisées automatiquement tous les trimestres. Si vos revenus ont chuté l’an dernier (activité partielle, perte d’emploi…), signalez tout changement de situation par prudence, et n’hésitez pas à utiliser le simulateur en ligne sur mesdroitssociaux.gouv.fr ou sur caf.fr. Si vous êtes mensualisé, anticipez la baisse de taxe d’habitation en diminuant vos échéances.

Une aide du département. Que vous soyez locataire, propriétaire ou occupant à titre gratuit, le fonds de solidarité pour le logement (FSL) de votre département peut vous apporter un soutien sous forme de subvention ou de prêt, pour régler vos dépenses d’entrée dans le logement – dépôt de garantie, premier loyer, assurance habitation… ou vous permettre de rester dans les lieux – impayés de loyer et charges, factures d’eau, de gaz, d’électricité, de téléphone…

Infos. Renseignez-vous en mairie ou dans un Point conseil budget (PCB).

Une caution gratuite. Pour rassurer les propriétaires et trouver plus facilement un logement, les étudiants, alternants, signataires d’un bail mobilité, les jeunes de 18 à 30 ans et les salariés de plus de 30 ans du secteur privé ou agricole entrant dans un emploi, peuvent demander à Action Logement à bénéficier de la garantie Visale. Cette caution locative gratuite couvre jusqu’à trente-six mois d’impayés de loyer et de charges (parc locatif privé).

À savoir. Cette caution prend également en charge les frais de remise en état en cas de dégradations, dans la limite de deux mois de loyer et de charges. Infos au 0970 800 800 et sur visale.fr.

Un coup de pouce pour les jeunes. S’ils perçoivent un revenu inférieur ou égal au Smic, les moins de 30 ans employés sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation peuvent percevoir l’aide MobiliJeunes, de 10 à 100 € par mois, pour alléger leur loyer. Infos au 0 970 800 800 ou sur actionlogement.fr.

Une avance sur le dépôt de garantie. Accordée elle aussi par Action Logement, l’avance Loca-Pass sert à financer le dépôt de garantie d’une nouvelle location, dans la limite de 1 200 €. Sans intérêts, elle est remboursable par mensualités de 20 € minimum.

À savoir. Elle s’adresse aux jeunes de moins de 30 ans en formation professionnelle ou en recherche d’emploi, aux étudiants boursiers ainsi qu’aux salariés du secteur privé. Infos au 0970 800 800 et sur actionlogement.fr.

Obtenir des subventions pour les aînés

Faciliter le maintien à domicile. Différentes mesures coexistent et se cumulent avec les coups de pouce des caisses de retraite, des communes, des régions et départements (anil.org/aides-locales-travaux). Ainsi, Action Logement peut verser jusqu’à 5 000 € pour aménager une salle de bains et des sanitaires, et faciliter leur accès.

À savoir. Versée sous conditions de ressources par l’Agence nationale de l’habitat, l’aide Habiter facile finance jusqu’à 50 % du coût des travaux d’aménagement réalisés par les propriétaires. Renseignements au 0 806 703 803 et sur monprojet.anah.gouv.fr.

Financer un hébergement. Versée par le département sous conditions de ressources, l’aide sociale à l’hébergement (ASH) prend en charge tout ou partie des dépenses d’hébergement en Ehpad, en résidence autonomie ou en unité de soins de longue durée de votre parent âgé. Adressez-vous à la mairie ou au centre communal d’action sociale (CCAS) de la commune du lieu de résidence concerné. Ils vous communiqueront toutes les informations.

Attention ! Contrairement à d’autres aides comme l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), l’aide sociale à l’hébergement est récupérable sur la succession du bénéficiaire.

Le conseil de l’expert

Que vous soyez bailleur, locataire, propriétaire ou en phase d’accession à la propriété, les quatre cent cinquante juristes des Agences d’information sur le logement (Adil), présentes dans mille deux cents lieux d’accueil en France et en Outre-mer, vous informent et vous conseillent gratuitement et en toute indépendance sur les aides que vous pouvez solliciter. Ils vous aiguilleront et vous accompagneront pour faire valoir vos droits. Pensez aussi à les consulter en cas d’impayés de loyer via notre plateforme SOS Loyers impayés, au 0 805 16 00 75, pour lutter contre l’habitat dégradé en contactant le numéro d’Info logement indigne, au 0 806 706 806, ou encore dans le cadre d’un projet de rénovation énergétique ou face à une problématique de vacance locative.

Merci à Louis du Merle, responsable du pôle juridique à l’Anil (Agence nationale pour l’information sur le logement). Infos sur anil.org.

A lire aussi :

⋙ Aide au logement de 1000 euros : qui peut en bénéficier ?

⋙ Comment obtenir un logement social ?

⋙ Comment aider mon (petit-)enfant à acheter un logement ?

Source: Lire L’Article Complet