Affaire Epstein : la plainte pour abus sexuels contre le prince Andrew a été déposée au palais de Windsor

Virginia Giuffre, victime présumée de Jeffrey Epstein, accuse le duc d’York de l’avoir agressée sexuellement lorsqu’elle était mineure.

Voilà un type de courrier que le palais de Windsor ne doit pas souvent recevoir. Le 27 août, alors qu’il était absent, le prince Andrew a été notifié de la plainte déposée à son encontre par Virginia Giuffre. L’américaine, qui a saisi, le 9 août dernier, le tribunal fédéral de Manhattan, accuse le fils de la reine Elizabeth de l’avoir «agressée sexuellement» lorsqu’elle était mineure. Elle est l’une des nombreuses femmes à être sortie du silence dans le cadre de l’affaire Epstein, milliardaire américain et ami du duc d’York, inculpé et incarcéré pour trafic sexuel et retrouvé mort dans sa cellule le 10 août 2019.

Agression sexuelle sur mineure

Selon cette plainte, le prince Andrew est «l’un des hommes puissants» à qui elle a été «remise dans un but sexuel». Elle affirme avoir été la victime, entre 2000 et 2002, à partir de l’âge de 16 ans, du vaste trafic sexuel pour lequel le financier Jeffrey Epstein a été inculpé et incarcéré. La tête couronnée, qui avait déjà rejeté ces allégations, est accusé d’avoir «agressé sexuellement» Mme Giuffre à trois reprises : à Londres chez une très proche d’Epstein, Ghislaine Maxwell, et dans les propriétés de l’homme d’affaires à New York et dans les îles Vierges.

En vidéo, Ghislaine Maxwell, de la jet-set à la prison

Le prince nie en bloc

En 2019 déjà, dans une interview donnée à la BBC, le prince Andrew avait «catégoriquement» démenti ces accusations. Une prise de parole jugée calamiteuse, dans laquelle il n’exprimait pas un seul regret pour son amitié avec Epstein, ni la moindre empathie pour ses victimes. Il avait notamment émis des doutes sur l’authenticité d’une photo très médiatisée le montrant avec Virginia Giuffre et, à l’arrière plan, Ghislaine Maxwell, laquelle reste incarcérée et dont le procès doit commencer le 29 novembre à New York. Malgré ses dénégations, sa fréquentation de l’homme d’affaires américain l’avait plongé dans la tourmente et contraint à se retirer de la vie publique. Contactés par l’AFP, les services du duc d’York n’ont pas souhaité faire de commentaire.

D’après d’autres documents consultés par l’AFP, une première audience procédurale, à laquelle le prince Andrew n’est pas tenu d’assister, est prévue lundi 13 septembre.

Source: Lire L’Article Complet