Agustin Galiana : son traumatisme douloureux avant d’intégrer Clem

Depuis 2015, Agustin Galiana est un pilier de la série Clem, dont la saison 10 débute ce 14 septembre sur TF1. Pourtant, l’acteur espagnol a connu des années de galère avant de percer en France.

En cette rentrée 2020, Agustin Galiana n’a pas une minute à lui ! Le jeune homme vient de sortir un deuxième album, Plein Soleil, sera prochainement à l’affiche de Boutchou, le 23 septembre au cinéma, vient de commencer le tournage d’Ici tout commence, la nouvelle série de TF1 dérivée de Demain nous appartient et, ce lundi 14 septembre à 21 heures, il est de retour dans la dixième saison inédite de Clem, sur TF1. Mais la vie d’Agustin Galiana n’a pas toujours été aussi remplie.

Dans les colonnes de Télé Star, il revient sur son arrivée dans la série Clem, en 2015. L’ancien candidat de Danse avec les stars ne s’attendait pas à être toujours présent au bout de cinq saisons. "J’ai même pensé que la production s’était trompée en me choisissant. Je venais de passer quatre ans sans travailler en Espagne. Ça a été un enfer. Personne ne m’appelait, j’avais perdu confiance. J’étais en France depuis deux ans et là, alors que j’avais décidé de tout plaquer, on me propose d’être le fils de Victoria Abril", nous confie-t-il.

Bientôt au casting d’Ici tout commence, la nouvelle série quotidienne de TF1

Si Victoria Abril a, depuis, quitté la série, Agustin Galiana en est, quant à lui, devenu un cadre auprès de Lucie Lucas. Dans quelques mois, l’acteur espagnol aura une nouvelle occasion de montrer son talent aux téléspectateurs de TF1 puisqu’il a été choisi pour interpréter Lisandro, un professeur dans Ici tout commence, le nouveau feuilleton quotidien de la chaîne et dérivé de Demain nous appartient. "J’avais envie de me frotter à une quotidienne. J’adore me mettre en danger, repousser mes limites, découvrir. J’ai tout le temps besoin de me prouver que je suis comédien parce que je suis traumatisé par mes quatre années sans bosser", nous explique Agustin Galiana.

Source: Lire L’Article Complet