Alain Finkielkraut assure que le patriarcat n’existe plus et s’en prend aux féministes

Écriture inclusive, MeToo, avortement, l’essayiste a tenu des propos lunaires.

Invité sur France Inter ce matin, l’écrivain polémiste Alain Finkielkraut a fait la promotion de son nouveau livre Après la littérature publié à l’édition Stock. Comme dans ses précédents ouvrages, il dépeint une société dans laquelle l’écrivain ne se reconnaît plus, et qu’il désigne comme “un monde qui s’enlaidit”. Dans un premier temps, l’auteur s’en est pris à l’écriture inclusive : “La langue française a été forgée par la littérature, et où en est-on aujourd’hui avec les néo-féministes et les écologistes ? À l’écriture inclusive !”, a-t-il regretté. Toutefois, le polémiste ne s’est pas arrêté là.

Alain Finkielkraut : "La langue française a été forgée par la littérature, et où en est-on aujourd'hui avec les néo-féministes et les écologistes ? À l'écriture inclusive !" #le79inter pic.twitter.com/1sOLfWETii

“Le patriarcat n’existe plus”

“Si une femme mariée attend un enfant, que le mari veut le garder mais elle non, elle a le dernier mot : ça, ça veut dire que le patriarcat n’existe plus“, a-t-il lancé. “D’ailleurs, la preuve c’est la manière dont on invoque l’ordre patriarcal, pour attaquer maintenant, non pas pour plus d’égalité mais pour s’attaquer maintenant à la conquête de la civilisation”, a souligné l’auteur. “On vous explique, dans le sillage de MeToo, qui instaure des procès hors du tribunal, que la présomption d’innocence est une insulte faite aux victimes et serait le vestige de l’ordre patriarcal”, a lancé Alain Finkielkraut. Des déclarations qui ont outré de nombreuses Françaises, mais aussi Français.

Alain Finkielkraut : "Si une femme mariée attend un enfant, que le mari veut le garder mais elle non, elle a le dernier mot : ça, ça veut dire que le patriarcat n'existe plus" #le79inter pic.twitter.com/VRuHTKIDE6

Source: Lire L’Article Complet