Asma Salomon, l'architecte d'intérieur qui associe les couleurs comme personne

Son sens de la couleur et des volumes en fait, à tout juste 30 ans, l’architecte d’intérieur et designeuse préférée de client·es chanceux·ses qui l’apprécient pour son talent, son approche fraîche et souvent inédite mais aussi son franc-parler.

Les conseils joyeux d’Asma Salomon

La fondatrice de l’agence Other Moon s’entend souvent leur dire en riant : « Si vous voulez la reproduction d’un board Pinterest, mieux vaut faire appel à un entrepreneur, il fera ça très bien ! » Avant d’ajouter : « Moi, ce que je voudrais, c’est vous permettre d’exprimer qui vous êtes vraiment. » 

Se révéler à travers les couleurs et les matières que l’on n’ose pas toujours s’approprier par peur des conventions, tel est l’un des objectifs de cette chercheuse d’harmonie dans le contraste, et de vérité : « J’aime le pays profond, pas la déco de surface. »

Car avant d’être une brillante architecte DPLG également archi d’intérieur diplômée de Camondo, installée en grande banlieue parisienne, Asma Salomon est une fille du sud du Maroc. « Le grand sud, celui du désert, celui de mes parents maroco-soudanais, qui m’a beaucoup structurée et ouvert l’esprit. »

Pas de chapelle pour Asma, qui fourmille de projets, d’envies – une ligne de mobilier, par exemple – et qui cite au hasard de son moodboard du moment : « Le travail du couple Charles et Ray Eames, du bois patiné versant brutaliste, une palette de violets et de verts audacieux – pourquoi pas pour une cuisine – et du bleu, toujours, du bleu layette au bleu Klein… »

Elle nous en livre le mode d’emploi joyeux.

Poser les objets qu’on aime à même le sol

« À condition que le sol soit présentable – sinon on le couvre d’un tapis ou de moquette –, ne pas hésiter à disposer des objets que l’on aime, de styles différents (ici notamment une jarre marocaine Tamegroute), plutôt volumineux à diverses hauteurs : ça crée une surprise qui dynamise un décor un peu sage. »

Jouer du "all over" d’une seule couleur

« Ce terracotta, on l’a beaucoup vu, presque trop, mais je l’aime toujours si on le surjoue en peignant les murs comme le plafond. Ça donne un effet de boîte ou de cocon qui fonctionne, bien sûr, avec d’autres teintes, et qui par ailleurs casse les codes de la chambre d’enfant traditionnelle. »

Oser les contrastes

« Je rêve d’associer la teinte Purple Pop (Ressource) avec du marbre noir mais, en ce moment, j’ai une passion pour ce bleu layette (Aquila, chez Ressource) qui va absolument avec tout, notamment le terracotta mitoyen. Les aplats de couleur sont un bon moyen de créer une sorte d’espace de galerie personnelle pour exposer tableaux et photos. »

Adoucir avec du pastel

« Pour ‘casser’ des pièces design un peu sérieuses, comme ce fauteuil Womb de Saarinen, j’aime beaucoup utiliser des couleurs pastel en petites touches, jaune ou rose pâle, sous la forme d’un coussin, par exemple. Soudain, la pièce signée gagne en personnalité et devient celle de son propriétaire. »

Laisser du blanc

« Sans aller jusqu’à la rayure, qui peut être un peu fatigante à l’œil, le blanc qui entoure un aplat de couleur sur un mur permet de créer un relief, une dynamique, qui en fait un fond idéal pour disposer un bouquet, un ensemble de livres. Ceux-ci prennent d’emblée une dimension plus poétique. »

Assumer les couleurs qu’on aime vraiment

« Une salle de bain vert gazon ? Une cuisine parme ? On ne doit rien s’interdire au prétexte que ça ne se ferait pas. À condition de choisir une couleur proposée par un bon fabricant de peintures, comme Ressource, qui pour moi est plus qu’un simple fabricant : leur choix de teintes, leur subtilité, relève du grand art. »

Cet article a initialement été publié dans le magazine Marie Claire numéro 843, daté décembre 2022.

Source: Lire L’Article Complet